Coffee & Marmelade 01

Peut-être bien que ce qui manquait à la scène parisienne quand on a crié sur tous les toits qu’elle mourait, c’est la diversité. Je ne sais pas, après tout, la concurrence a toujours été là, rude et sans pitié. Paris a su garder l’intérêt de sa population pour la club culture, il semblerait, puisque les foules sont toujours présentes devant les portes de chaque évènement « clubbing » de la capitale. Les préventes partent en quelques heures, les salles sont pleines, l’air parfois irrespirable… Et peut-être qu’il s’agissait simplement de valeur ajoutée artistique. Et là, on remarque que de tous ces collectifs qui se plient en quatre pour nous offrir des nuits inoubliables, très peu ont su tirer leur épingle du jeu.

Sonotown a su mêler l’esprit de fête et la curiosité culturelle à chacun de ses évènements, dans chacun de ses plateaux. En qualité et en quantité, on a pu voir défiler les noms procurant le plus de sensations, les intérêts de chacun émoustillés à la seule annonce du line-up, des frissons parcourant les échines des connaisseurs et des écarquillements d’yeux chez les moins au fait ; on a fait des découvertes, on a pu entendre de tous les genres, et chacun s’est fait un point d’honneur à respecter leur rendez-vous.

Alors quand Sonotown, en plus de ses quasi-mensuelles, rempile pour une nouvelle résidence appelée Coffee & Marmelade, ça donne facilement quelque chose d’extraordinaire : Skudge (Live), Mike Dehnert (Live), Delta Funktionen, Pangaea, Kowton, Rivet, Society of Silence, Théo Muller. La Machine en rougit presque.

Fachwerk, Skudge Records, Hessle Audio. Berlin, Londres, Stockholm. Deux salles, trois villes, et une multitude de surprises, tout comme une multitude de styles. Ravis de retrouver Mike Dehnert et Skudge, intrigués par Society of Silence et Théo Muller pour certains, enchantés par Kowton et Rivet pour d’autres, cette rafale de noms n’est pas une imposture. Un programme hautement qualitatif et une envie d’allier intellect et esprit « clubbing » sont clairement visibles chez les parisiens de l’entreprise, tout comme leur grand respect éprouvé pour les musiques électroniques.

_____________________________________________________

Flattés par tant de dévotion à une si noble cause, on promet d’y être, et on vous invite à nous rejoindre. 3 places sont à gagner sur Trace A Line, si vous envoyez votre nom et le nom de la soirée à contact@tracealine.com. Tirage au sort dans la semaine.

Il y a un an, on fêtait les 3 ans de Sonotown. Ce vendredi, pourquoi ne pas fêter leurs trois prochaines années ?

1 comment
  1. CLEMENCEAU JEAN-BAPTISTE says:

    Excellente soirée en perspective je pense vu le line-up…

Leave a Reply