(TAL135) Apologue

Après une petite pause estivale dans notre série de podcast, on revient en force avec pour la première fois un artiste de la maison Trace A Line. Nouvel arrivant sur la scène techno française, Hugo aka Apologue n’est pourtant pas un débutant des platines. Originaire du Sud de la France, il forge son expérience en tant que DJ depuis l’âge de 14 ans et effectue notamment plusieurs tournées en Croatie avec la célèbre ‘The Yacht Week’, avant de découvrir la techno et d’y vouer un amour sans précédent.

Il est aussi producteur de musique, et après plusieurs années de travail en sous-marin, il décide enfin de partager son travail avec cette première composition. Un morceau sombre et puissant, dont les rythmes tranchants et les dissonances évoquent une atmosphère industrielle caractéristique d’une techno qu’il affectionne particulièrement.

Ce mix enregistré sur vinyle nous donne un bel aperçu de l’univers musical du jeune homme, 83 minutes très éclectiques d’une techno racée et subtile, toute en progression.

_____________________________________________

After a short summer break we’ve come back to introduce for the first time ever at Trace A Line one of our own family members. Newcomer on the techno scene yet no stranger to the decks, Hugo aka Apologue kicked off his career as a Dj in the south of France at the age of 14. He went on a few tours for Croatia’s famous ‘The Yacht Week’ project before deciding to dedicate his life to his newfound love : techno.

Today he’s finally decided to introduce us all to his producing skills, sharpened by many years of « basement practice ». A first piece full of darkness and power, as well as sharp rhythmics and dissonance which evocate this particular industrial atmosphere of a techno kind he’s really grown fond of.

This set recorded on vinyl gives a nice peak into the young man’s musical universe, here’s 83 eclectic minutes filled with classy and subtle techno music played with great progression.

Download here : (TAL135) Apologue – 25.08.2014

Zoom – Field Records – Collection

Field Records

Field Records, un nom qui ne dit sans doute rien aux aficionados de house édulcorée, d’acid pimentée, ou de collectionneurs de cassettes (puisque l’heure est aux labels « tapes ») mais que les puristes dub techno connaissent tous plus ou moins. Plus ou moins car il faut dire que le label hollandais n’a jamais souffert d’une surmédiatisation, loin s’en faut. Cependant, en 6 ans d’existence, il est tombé sous le radar d’un certain nombre de technophiles avertis, j’en veux pour cause la qualité  exceptionnelle et invariable des mixes Field Recordings qui sortent sur l’imprint depuis 2010. Enregsitrés par des grands noms comme par des petits, ces mixes sont d’une beauté rare, mettant l’accent sur l’expérimentation, entre atmosphères éthérées, et envolées upbeat, aussi bien introspectives qu’expressives, tantôt penchant vers l’ambient, tantôt vers le dancefloor , voire la deep house quand l’invité se le permet. On n’est jamais trop loin de Voices from The Lake, mais jamais trop loin de Juju & Jordash non plus. D’ailleurs, ces derniers ont signé le 10ème Field Recording il y a quelques temps, pour un total de 23 aujourd’hui. Autour du duo, pléthore de grands noms : STL, Joey Anderson, Shifted, Basic Soul Unit, Rolando, DJ Qu dans une veine plutôt club ; mais aussi Ohrwert, Glitterbug, Quantec, mon protégé Djorvin Clain, Mohlao, et le grand XDB pour les esprits plus mûrs ; et ce sans tomber dans l’exhaustivité. Côté galettes, les sorties de Field Records sont résolument dub techno : Delta Funktionen et Conforce sont les maîtres à penser, Duplex et Reggy Van Oers, les seconds couteaux.

Ici s’arrête le namedropping, place maintenant à l’œuvre du jour. Bien que le sobrement intitulé Collection ne date que de juin, je n’ai pu me le procurer qu’il y a peu. Et force est de constater que la compilation, au-delà de toute espérance, fascine. J’ai beau m’être lassé des empilements de dub techno tentant d’imiter les maestri de Basic Channel, on est foncièrement ravi d’avoir une variante de dub techno qui ravive un tant soit peu le genre à l’écoute. Le premier tiers du various est calme, sans être inintéressant, l’accroche de Sons of Melancholia est remarquable en ce qu’elle a d’apaisant et d’enivrant en même temps. Un peu plus loin,  Acronym surprend (surtout ceux qui n’avaient jamais entendu parler de lui) par sa capacité à transformer complètement la track qu’on pense entendre. Les bleeps de départ nous amènent sur la piste d’une techno lourde et sans pitié, et quand le kick vrombit enfin, c’est un tool de François X entre deux killers qu’on croit entendre ; mais quand enfin on atteint la 7ème minute, on réalise que le track voyait bien plus loin que tout ça. Pour ceux qui le découvrent, son dernier EP sur Northern Electronics (un label qui mérite tout autant le détour) est à checker. L’enchaînement avec ‘Outer Dimension’ de Resoe se fait sans problèmes, car le danois fait ce qu’il sait faire,  et c’est ensuite au tour de Voiski de nous montrer qu’il sait se débrouiller dans absolument tous les genres. Sa réputation désormais faite à l’étranger, le français arrive encore à être là où on ne l’attend pas. Ses compatriotes Polar Inertia, qui le suivent, sont sans doute un peu à la peine pour autant m’impressionner, mais je ne doute pas que ‘Sonic Outlaws’ me fera bien plus d’effet lors d’un prochain live. La seconde moitié de la compilation est remplie de merveilles pour sa part, avec des têtes connues (Varg, Szare, Bleaching Agent)  et d’autres moins connues (Artefakt, J&L, Ben Buitendjik). On entre dans une techno assumée, franche du collier, qui ne déroge cependant pas à la règle esthétique de l’élégance avant tout. Même lorsque Ben Buitendjik écorche nos tympans en piste 14, ou que Iori balance une affolante TB 303 sur une rythmique froide et caverneuse dans son morceau ‘Inject’, la sophistication est au rendez-vous. Ainsi Voiski de clore avec le talent qui est le sien : ‘A Star In Your Head’ termine la compilation comme il se doit, on oserait presque dire avec majesté.

Cette compilation, jamais indispensable, reste cependant marquante par sa capacité à tirer le meilleur de ce type de techno. Au delà de quelques labels garantissant la pérennité du genre, le monde est assailli de médiocres émulations d’Echocord, diametric. et consorts.  Mais lorsque l’exécution est aussi parfaite que sur cette Collection de 20 tracks inédites, on ne peut qu’ôter son chapeau. Voilà, aujourd’hui, la quasi-impardonnable faute d’avoir oublié Field Records sur notre site est réparée. En espérant que cela ira avec beaucoup d’autres découvertes et encore plus de plaisir d’écouter.

Agenda de la semaine du 21.07 au 27.07

VENDREDI 25 JUILLET

FEEL MY BICEP W/ BICEP, SIMIAN MOBILE DISCO ET MANDAR

- 2 Places à gagner -

La Machine vous convie ce vendredi à un double duel UK avec le duo BICEP « face » au duo SIMIAN MOBILE DISCO, artistes judicieusement choisis pour clore ce mois de juillet au Moulin Rouge avant de se retrouver de plus belle. Mais ce n’est pas tout : à leurs côtés, Lazar Hoche, Malin Genie et Samuel André Madsen ; trio montant de la scène house qui ne demande qu’à continuer de faire ses armes sur vos corps mouvants aux rythmes qu’il vous offrira.

————

SAMEDI 26 JUILLET


75021 #12 – 26 Juillet (Open Air)

- 2 Places à gagner -

Sans surprise, c’est au 6B que se déroulera l’avant-dernière édition de l’été du 21ème arrondissement. Et puisque nous, on aime quand même les surprises, on peut vous promettre qu’avec ce line-up de folie, autour de 3 scènes dont 2 outdoor, vous ne pourrez absolument pas être déçus :

Open Air 1 :

POINT CARRE // PEEV // VIDOCK (LIVE)  // FALL B2B ORAM MODULAR // CONI

Open Air 2 :

BATAILLE (LIVE) // FRANCIS // KEAT // HÎM // PIT SPECTOR // BENALES

Salle Expo (intérieur)

MUSH // SYROB// ANETHA B2B EXAL

——


Open Space #3 w/ MARTIN EYERER – KONSTANTIN SIBOLD

Autre événement de ce samedi, et pas des moindres : le 3ème acte (mais pas le dernier) de l’Open Space Festival dont nous vous parlions déjà précédemment au cours d’un article qui lui était consacré. Ce coup-ci, on trouve l’excellent Konstantin Sibold mais pas que :

Terrasse Open space gratuite 16h-00h00 …
DJ set by MINIMAL TRIP & FRIENDS w/ ANDRAS TOTH, SAU POLER, LES RADIS SANGLANTS …
& Expo by Philippine Boulay et LightGate Art + cornershop, foodtruck etc…

Conclusion : à ne louper sous aucun prétexte (à moins que vous ne soyez à la 75021 certes, mais soyons fous ; la journée est assez longue pour les deux). Et pour vous encourager encore plus à vous y rendre, voici les photos des 2 premières sauteries et 3 petits sons choisis par l’un des orga’ du festival :

#1 DJ Yellow & Sea Creatures – No One Gets Left Behind (Konstantin Sibold Remix)
#2 Martin Eyerer & Oliver Klein – Babylon
#3 Martin Eyerer – The Cake (Pan-Pot Remix)

————

DIMANCHE 27 JUILLET


An Evening In Chicago : Glenn Underground & Boo Williams

- 2×2 Places à gagner -

Pour finir, une touche américaine avec de la house tout droit venue de Chicago au Djoon. Un dimanche calé dans le meilleur repère du genre, à vibrer aux sons de deux des meilleurs représentants de cette musique : que rêver de mieux ?

( ATTENTION : à partir de maintenant, toute participation aux concours est à envoyer sur contact@tracealine.com ! Merci. )

Piqûre de rappel : Dekmantel Festival 2014

Dekmantel

Au cas où vous ne seriez toujours pas au courant, dans 2 semaines débute un des meilleurs festivals de cet été : le Dekmantel. Nous avons déjà évoqué cet évènement par le passé dans cet article récapitulant tout ce qui allait s’y passer. Plus l’échéance approche plus ce qui va s’y passer semble extraordinaire (Resident Advisor a notamment classé le festival premier dans sa liste des immanquables de l’été), nous avons donc décidé de revenir dessus.

Afin mieux vous y préparer et de présenter certains des artistes qui y seront présent, le staff du Dekmantel a réalisé plusieurs interviews de certaines têtes d’affiches du festival.

Antal est un des principales figures de la musique électronique Hollandaise. Co-fondateur de Rush Hour et  de Kindred Spirit Records, il gère à la fois un des labels les plus respectés en Europe et un des meilleurs record shop d’Amsterdam. Il tourne régulièrement dans les plus clubs du monde, dont la Concrete où il est régulièrement invité avec ses camarades de label. Généralement assez discret sur sa vie comme sur sa musique, il a accepté de se livrer pour le Dekmantel où nous aurons le plaisir de le voir mixer le deuxième jour.

Originaire de Rome mais basé à Berlin, Mr. Ties est connu pour ses sélections éclectiques balayant un spectre assez large. I Il a fondé il y a quelques années de cela les soirées à succès HOMOPATIK dans le fameux club ://about blank, il étonne tous les danseurs par sa collection de pépites musicales, c’est donc avec une grande impatience que nous attendons son set.

Ben UFO compte parmi les Djs les plus talentueux de sa génération. Co-fondateur du label Hessle Audio avec Pangaea et Pearson Sound (ex Ramadanman), il est l’un des rares artistes de musique électroniques à avoir su s’imposer en tant que Dj sans toucher à la production. Il est connu pour être un bon dénicheur de talents et un selector hors pair. Il se livre ici sur son expérience. On espère découvrir beaucoup de nouvelles choses avec son set le dimanche.

Toute l’équipe Trace A Line sera bien sur la au festival, en espérant que vous y viendrez nombreux !

Agenda de la semaine du 30.06 au 06.07

MERCREDI 2 JUILLET

- 2×2 Places à gagner -

EXPLORATION invite TRACKNART w/ Deadback live & 16K live

En ce milieu de semaine, RDV au Batofar où Exploration Music (qu’on ne présente plus) convie l’organisation Tracknart. Au programme ? Des Live, et pas des moindres : 16K et Deadback ; mais aussi un warm-up assuré par Snowball et les deux compères d’O'Malley. Et non, habitués et non-habitués, ce n’est pas cette fois encore que le Batofar coulera (quoiqu’au vu du son qui vous attend …)

SAMEDI 05 JUILLET

The French Machine w/ Aeroplane / Rise&Fool / Chateaubriand / Baghera

- 2×1 Places à gagner -

Parisiens (et autres) en vacances à Bordeaux ? Ne cherchez plus où passer votre samedi soir, nous avons tout prévu. Les bordelais de souche ne me contrediront pas : l’iBoat est « the place to be ». En plus, vous avez de la chance, ce sont nos camarades de The French Machine qui s’emparent du gouvernail et nous livrent un line-up acidulé avec Aeroplane, Chateaubriand, Rise&Fool ainsi que l’un des deux gérants de l’orga aux platines, j’ai nommé Baghera.

Bonne semaine à vous, et n’hésitez pas à nous faire part de vos plans soirées et cie préférés, histoire qu’on essaie de vous y envoyer gratos la prochaine fois ;) !