Sombre forêt

Nous notre trip c’est les forêts sombres, c’est d’aller écouter de la minimale au bois de Boulogne à 4h du matin, quand tous les brésiliens sont partis se coucher de préférence. D’ailleurs en écrivant ça je me rends compte que j’écoutais vraiment de la minimale dans une forêt sombre à 4h du mat samedi dernier, sauf que c’était à un gala de geeks et qu’à ce moment-là je me faisais écraser par un gang de vigiles assoiffés de sang tandis que Dusty Kid remballait son matos sans avoir joué. Bref, toujours est-il que j’ai passé une bonne partie de ce début de semaine à me demander de quoi je pourrais bien vous parler dans cet article, puis je me suis dit que j’allais faire un post spécial dark minimal atmospheric depressive techno, tant pis pour vous.

Quelque chose de plus soft pour commencer avec une fille que l’on suit déjà depuis un moment sur le blog et que walkmAn vous avait présentée il y a quelques mois: je veux parler de Maya Jane Coles qui vient tout juste de sortir son nouveau maxi sur le petit label londonien Dogmatik. Je ne m’attarderai pas sur les détails de la jeune carrière de Maya pour le moment, si ce n’est qu’elle joue également dans l’excellent groupe She Is Danger que je vous invite à découvrir. Quant au morceau ci-dessous il s’agit d’un extrait de son nouvel EP « Full Swing »: une tech-house brumeuse et hypnotribale (je mets deux adjectifs pour le prix d’un maintenant), de qualité donc.

Maya Jane Coles – Overtime

On passe maintenant à la partie consacrée à ce que je qualifierais de « dark techno », même si mon entourage aurait tendance à dire « musique de sociopathe »…DifferentGear est un duo londonien ma foi assez méconnu malgré la sortie d’un très bon maxi sur Crosstown Rebels l’année dernière et des supports de Laurent Garnier, Ewan Pearson ou Nico Purman. La techno grasse est à priori leur spécialité même si certaines de leurs prods virent parfois un peu trop vers l’electro house pouet pouet. Voici un extrait du maxi cité, une techno groovy accompagnée d’un vocal au moins aussi gay qu’un Shake & Pop.

DifferentGear – One Thing More

Ce n’est pas la première fois qu’on en parle, Monocline Records est un label portugais dont les sonorités sont assez proches de Minus à mon goût, froides et digitales, et des artistes de talent comme Re:Axis, Miro Pajic ou encore Camille Austa y ont déjà sortis des maxis voire des albums. Ce dernier est un jeune français qui n’a sorti que deux maxis pour l’instant, à base de techno minimale moite et sombre, de quoi ravir des sociopathes tels que vous donc.

Camille Austa – From The Bottom Of My Machine

Mike Dehnert, c’est la rencontre entre la techno de Berlin et celle de Detroit. Avec une bonne vingtaine de releases sur son propre label Fachwerk, il s’impose aujourd’hui comme l’un des artistes les plus talentueux de la génération Berghain. Un de ses derniers maxis, intitulé Dico, est un hybride entre plusieurs influences, de Detroit à la dub techno de Moritz Von Oswald et Mark Ernestus. Le morceau qui suit est à écouter au casque, un bon si possible, de manière à ressentir toute la profondeur des basses et le dynamisme du kick. This is real techno, dude.

Mike Dehnert – Untitled (A1)

Dans le même registre que Dehnert, voici Skudge. Skudge c’est un label suédois apparu récemment derrière lequel se cache un producteur dont on ignore toujours l’identité: en tout cas, après un maxi seulement, ce mystérieux personnage se retrouve déjà playlisté par des pointures de la techno qui rigole pas comme Samuli Kemppi. Là encore la recette musicale se rapproche beaucoup de celle de Mike Dehnert: une techno qui tabasse mais qui garde toujours une dimension très deep grâce à ce côté dub techno récurrent.

Skudge – Convolution

Bonne semaine à tous les sociopathes.

3 Comments
  1. Bennbob says:

    Superbe sélection les gars ! J’en ai même fait un petit article pour relayer mes lecteurs à votre blog, venez voir ! Si si la famille ! PS: évitez le bois de Boulogne à 4h du mat’ quand même …

  2. Karge says:

    Cool, merci à toi :)

  3. Lucas B says:

    Hello, faites attention, tous les players de ce post pointent vers le même morceau.
    Sinon j’ai écouté les sons de votre webzine et j’aime beaucoup : clic and cut, electronica, techno industrielle… Et en prime, ce post m’a permis de découvrir l’excellent blog : Le jEZbox. A bientôt.

Leave a Reply