(TAL090) Peak & Swift


Si Disneyland ouvrait un club, il ressemblerait sûrement beaucoup au Wilde Renate. On pensait que les Berlinois avaient tout essayé en matière de reconversion de bâtiments désaffectés, et ç’aurait pourtant été sous-estimer leur génie créatif que de croire qu’ils s’arrêteraient là… De l’ancienne centrale électrique devenue le Berghain en passant par le sous-sol glauquissime qui a donné le Golden Gate, on se demandait ce qu’ils allaient encore bien pouvoir inventer. C’est alors que naquit le Renate il y a tout juste cinq ans, ex-immeuble d’habitation classique transformé en club loufoque et visionnaire par des décorateurs sans doute un peu fous. Toute la beauté de cette boîte réside en ce qu’elle a conservé l’exacte configuration des appartements qui y existaient autrefois: on se retrouve alors à danser au milieu du salon tandis qu’une petite chambre où trône un énorme lit fait office de salle de repos. On y joue principalement house et les line-ups sont à la hauteur de Berlin, concoctés par les deux principaux résidents Peak & Swift qui nous ont fait le plaisir d’un petit entretien, en plus de nous offrir le podcast de la semaine…

- English Version -

_________________________________________________

Salut vous deux, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire ce que vous faites dans la vie ?
Hello, nous sommes Peak & Swift, résidents du Wilde Renate à Berlin. Jan (Peak) s’occupe principalement de la programmation du Renate, et moi (Swift) je m’occupe de la conception des flyers et de la promo…Et bien sûr on y mixe assez souvent aussi.

Puisque vous êtes les résidents du Renate, parlez-nous un peu de cette boîte et de tout le concept qu’il y a derrière…
Alors…Le Renate est un endroit vraiment unique à Berlin, très difficile à décrire mais beaucoup plus simple à découvrir. En gros c’est un immeuble résidentiel classique que nous avons transformé en boîte il y a cinq ans… Il y a des tonnes de décos assez folles partout et chaque pièce a son propre charme. Le Renate a plusieurs étages et plusieurs bars, chacun avec un thème visuel et musical différent. C’est pour ça que les soirées y sont aussi folles, tu peux changer de pièce selon ton humeur du moment et passer d’une chambre chill remplie de canapés à une plus grande salle convertie en piste de danse.
En lisant ça on pourrait croire que le Renate est immense mais en fait c’est une boîte plutôt petite, les dancefloors sont d’anciens salons d’appartements…Mais nous on pense que c’est une bonne chose parce que ça donne l’impression d’être dans une soirée privée classique qui serait totalement partie en live. On est aussi très fiers de notre clientèle, on avait rarement vu des gens aussi ouverts au type de dance parfois assez inhabituelle que l’on joue au Renate.

Le Renate organise aussi régulièrement des fêtes en plein air à Berlin, vous pouvez nous en dire plus ?
Oui, on organise chaque année plusieurs events en extérieur beaucoup plus grands. Le premier qu’on a fait cette année a été le Renates Ferienlager, un festival de trois jours à Müggelsee, au bord du lac dans un ancien campement scout… C’était une fête mémorable, en voici d’ailleurs une vidéo.
Il y a quelques semaines on a aussi organisé une fête dans l’arrière-cour du Renate, on a invité Nicolas Jaar et toute la team de Wolf+Lamb pour jouer un après-midi au soleil avant de finir en after dans le club. On a remis ça ce week-end pour fêter les cinq ans du Renate, c’était le dernier event en plein air de 2012 et on a invité pas mal de monde pour l’occasion: dOP, Mario & Vidis, Aquarius Heaven et beaucoup de nos amis les plus proches.

Est-ce que c’est difficile d’ouvrir un lieu comme le Renate de nos jours ? Que diriez-vous de l’évolution de la culture club à Berlin ces dernières années, et comment l’imaginez-vous dans le futur ?
Je pense que c’est clairement plus compliqué d’ouvrir un lieu comme celui-ci de nos jours, la législation et les autorités sont beaucoup plus strictes qu’avant donc tu as besoin de beaucoup plus d’argent pour bien respecter les consignes administratives qui te sont imposées. En plus il y a beaucoup plus de clubs à Berlin aujourd’hui qu’il y a cinq ou six ans, donc c’est plus difficile de trouver son public et s’assurer que le club sera rempli tous les soirs.
Mais c’est toujours faisable si tu as un bon concept, mais ce ne sera pas aussi simple que dans le passé. De nouveaux lieux comme le Loftus Hall, le Prince Charles et compagnie ont beaucoup de succès d’après ce qu’on dit. Beaucoup de gens du monde entier viennent faire la fête à Berlin tous les week-ends, ce qui permet de bien remplir les clubs qui entretiennent de bonnes relations entre eux, il y a beaucoup moins de rivalité à Berlin que dans d’autres villes. On ne pense pas que les choses vont radicalement changer dans les prochaines années car Berlin reste la capitale de la techno. La seule menace que nous voyons actuellement est le GEMA, une organisation allemande de protection des droits d’auteur qui prévoit d’augmenter les charges qui pèsent sur les clubs de plus de 1000%… Ca pourrait être très dangereux pour la plupart des clubs qui seront forcés de fermer si cette augmentation a vraiment lieu en 2013, donc on espère qu’une solution raisonnable sera bientôt trouvée! Il y a d’ailleurs une pétition contre cette réforme du GEMA, vous pouvez la signer ici.

Durant un voyage à Berlin j’ai réalisé que énormément de gens là-bas voulaient devenir DJ, organiser des soirées ou créer un label… Pensez-vous que la ville offre autant de possibilités à ces gens-là qu’il y a vingt ans ?
Oui, on pense qu’ils ont de bonnes chances de réussir à Berlin s’ils travaillent vraiment dur. Ce n’est pas assez d’acheter Traktor et de s’auto-proclamer DJ, il faut des années d’entraînement et d’apprentissage pour acquérir la capacité de guider le public à travers son set.

Vous avez aussi votre propre label Renate Schallplatten, dont le premier maxi est sorti l’année dernière avec un original de Wareika et des remixes de dOP et Acid Pauli…
En fait on avait sorti cet EP un peu pour rigoler, car on trouvait que le morceau collait parfaitement au Renate. Mais nous allons bientôt faire de Renate Schallplatten un « vrai » label, le prochain maxi sortira cet automne et sera signé Samanta Fox, notre confrère résident…Ca va être une grosse bombe acid house, ensuite on sortira enfin notre premier EP en tant que Peak & Swift! On ne trouve malheureusement pas beaucoup de temps pour s’enfermer en studio car s’occuper du Renate est très chronophage, mais on espère pouvoir se concentrer un peu plus sur la production dans les prochains mois.

Et sinon, vous avez d’autres projets ?
La prod et notre label sont nos principaux projets en ce moment. Le Renate est en constante amélioration, nous-mêmes sommes parfois surpris de voir comment les choses évoluent et il ne se passe pas une semaine sans nouveautés. On aimerait aussi faire plus de soirées Renate On Tour dans d’autres villes, le but est de voyager avec nos DJs mais aussi avec notre équipe de décorateurs, et même avec nos bars et nos videurs pour apporter le vrai feeling Renate à des lieux différents.

Download here : (TAL090) Peak & Swift – 16.09.2012

3 Comments
  1. kiet says:

    yo, une playlist :>> ?

  2. Blitz says:

    +1

  3. Phil says:

    cadeau:

    01. Muteoscillator – Hate Me (Fairy Tall Rmx)
    02. Jordan Peak – Move With It (Huxley Warehouse Dub)
    03. J.Cub – Werds (Lil Marks Opiate Warning)
    04. Okain – OClock (Gerds Deep Mix)
    05. Intruder – Amame (Luke Solomons Live Revision)
    06. Pastaboys – Tribute (Leon In Love Rmx)
    07. Sasse – The Solaris Conspiracy (Francis Inferno Orchestra Rmx)
    08. James Johnston – XTC
    09. BHLR – Beyond That Road
    10. Justin Martin – The Sad Piano (Charles Webster Rmx)

Leave a Reply