(TAL085) Larcier


On entend beaucoup parler de Cracki en ce moment, ce jeune collectif dont les quelques soirées organisées ont toujours suscité une mobilisation assez impressionnante chez les hipsters parisiens. Ils ont récemment remis ça avec leur Salon d’Eté annuel qui s’est tenu un dimanche après-midi sur le Belvédère de Belleville, et qui a cette fois encore réuni plusieurs centaines de personnes conquises. Mais n’oublions pas que Cracki est aussi et avant tout un label, certes encore relativement nouveau mais néanmoins très prometteur.

La musique de Cracki Records se veut « pointue mais multiple, jamais enfermée dans un genre mais toujours renouvelée. » C’est pour l’instant pari tenu avec leur trois premiers EPs très éclectiques, de l’electro-pop rêveuse du duo Isaac Delusion à la deep astrale de Renart et la house veloutée de Larcier. Ce dernier est l’un des principaux membres de l’écurie Cracki qu’il a rejoint l’année dernière, après avoir fait ses premières armes sur le label lyonnais Dawn Records. Son univers à la fois sombre et charnel navigue constamment entre les styles et puise autant dans la sensualité deep que dans la répetition techno. Avec beaucoup de finesse, le jeune bordelais renouvelle sans cesse sa patte sonore et cultive sa propre originalité, capable de sortir des ensembles rythmiques complétement fous ou de s’amuser avec des cuivres sur des phases dub techno. Il a également crée en 2010 le collectif Minotor avec ses amis d’enfance, qui est en résidence à l’I:Boat de Bordeaux depuis le début de l’année où ils ont déjà invité Genius of Time, Molly ou encore Nicholas. La suite pour Larcier, c’est simplement de continuer à perfectionner sa musique qui semble faire de plus en plus d’adeptes… Un EP en split avec Faon devrait voir le jour un peu plus tard dans l’année sur Dawn Records, label que vous devriez vraiment checker pour découvrir ses autres représentants talentueux comme Weirdd et vOPhoniQ.

Pour son podcast Larcier a pris le temps de nous enregistrer un live set inédit, composé à la fois de ses expérimentations sonores réalisées pour les Beaux-Arts de Bordeaux et de quelques nouvelles productions, qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler par moments l’univers musical de Margaret Dygas. Le résultat est saisissant et très loin des podcasts dance que nous vous proposons d’habitude, à écouter donc d’une oreille particulièrement attentive.

_________________________________________________

We hear a lot about Cracki at the moment, this young collective whose events somehow always manage to arouse an impressive mobilization of Parisian hipsters. They recently did it again with their annual « Salon d’Été » held on a sunny Sunday afternoon at the Belvédère of Belleville, and which has once again brought together several hundreds of happy and beautiful people. But you should know that Cracki is also and above all a record label, still relatively new but very promising nevertheless.

Cracki Records’ music is « sharp but varied, never locked into a single genre but always renewed. » The first three releases of the label have been indeed very eclectic, going from Isaac Delusions’s dreamy electro-pop to Renart’s astral deep techno and Larcier‘s gentle house music. The latter is one of the main members of the Cracki family that he joined last year after having made his first weapons on Dawn Records, a Lyon-based electronic music label. His dark and very carnal universe constantly navigates between styles, and draws both in deep sensualism and techno repetition. With a lot of sharpness he constantly renews his sound signature and cultivates his own originality, which enables him to bring out completely crazy rhythmic sets or have fun with brass instruments on dub techno phases. Two years ago he also created the Minotor collective with some of his childhood mates, and they even got a residency at the infamous I:Boat in Bordeaux since the beginning of the year where they already invited artists like Genius of Time, Molly  and Nicholas. What’s next for Larcier is simply to keep refining his music which seems to get more and more attention every day…A split EP with Faon should be released later this year on Dawn Records, a great label that you should really check out to discover its other talented members such as Weird or vOPhoniQ.

For our podcast series Larcier took the time to record a very special live set, composed of both his sound experiments conducted for the school of Beaux-Arts in Bordeaux and some of his newest productions, which actually kinda remind of Margaret Dygas’s musical universe. The result is stunning and very different from the usual dance podcasts that are published on Trace A Line, so listen to it with a particularly attentive ear.

Download here : (TAL085) Larcier – 16.06.2012

1 comment
  1. xpdr says:

    <3 Laptop dj

Leave a Reply