(TAL079) Frank Haag


Frank Haag

Frank Haag est un nom qui fait de plus en plus parler depuis quelques mois. Après avoir été découvert par Get The Curse grâce au morceau Battlefield Picknick, il finira logiquement par rejoindre l’écurie de Clément Meyer en sortant le maxi The Verdict en février dernier. Des feedbacks plus que positifs et le parcours musical atypique de Frank Haag nous ont donné envie d’en savoir plus sur ce hollandais formé au Conservatoire Royal de La Haye…D’où l’interview qui suit, accompagnée d’un podcast de haute volée.

- English Version -

_________________________________________________

Salut Frank, peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs ?
Hello, je m’appelle Frank Hagemans aka Frank Haag et je suis un artiste de musique électronique. En ce moment je produis principalement de la techno sous toutes ses formes mais toujours dans un esprit deep, sombre et sexy. J’habite à Amsterdam et j’ai sorti des maxis sur Thema Records (NYC), Serialism (Berlin) et Get The Curse Music (Paris).

Tu as un passé musical plutôt intéressant puisque tu as étudié la « sonologie » au Conservatoire Royal de La Haye…Tu peux nous parler de cette période de ta vie, et nous expliquer en quoi consiste la « sonologie » ?
La sonologie est l’étude des sons qui permettent la création de différents types de musique comme la musique concrète, le noise ou la musique classique contemporaine. Ce terme est utilisé pour décrire l’étude de la musique électronique assistée par ordinateur, elle se décompense en plusieurs disciplines comme l’acoustique, la composition ou la psychoacoustique. On relie souvent ce terme à l’Institut de Sonologie fondé par le compositeur Gottfried Michael Koenig à l’université d’Utrecht, en 1967…J’ai trouvé tout ça sur Wikipédia. Pour te donner un exemple la synthèse granulaire est aussi quelque chose que l’on étudie en sonologie, ce genre de synthèse peut d’ailleurs être effectué sur des logiciels grand public comme Ableton avec le Grain Delay, ou bien sur les tables de mixage Pioneer avec l’Echo.

Pourquoi avoir décidé de te lancer dans ce type d’études ? J’imagine que tu étais déjà passionné par la musique électronique et la production avant de rejoindre le conservatoire de La Haye non ?
Il était une fois un petit lutin à la joie irritante sur le toit d’une vieille église isolée dans la forêt de Callembry, et il m’a demandé: « est-ce que tu aimes le violet, hahaha? » J’ai répondu que non, et je lui ai dit d’arrêter de rire aussi fort. Il en conclut que la sonologie était faite pour moi. J’ai ensuite rétorqué qu’il avait mauvaise haleine et qu’il sentait la fiente de moineau mais que j’allais essayer la sonologie quand même, et c’est ce que je fis. J’avais déjà essayé deux autres types d’études avant mais ça n’avait pas bien marché. A cette époque je voulais surtout faire des recherches plus approfondies en musique électronique, et voir tout ce qu’il y avait à en tirer. Mais après trois ans au conservatoire je n’étais plus aussi motivé qu’au début, et j’ai donc mis fin à mes études. J’en avais assez de la recherche, je voulais plutôt me concentrer sur la production. Ca a été une période assez difficile pour moi, une sorte de crise de la vingtaine…
J’étais effectivement déjà très impliqué dans la musique électronique et la prod quand j’ai rejoint le conservatoire. Je continue d’ailleurs d’étudier la musique même si je me fais vieux, c’est difficile de combiner les cours et les sessions en studio mais ça me permet de découvrir de nouvelles techniques et d’évoluer musicalement.

Justement, dans quelle mesure utilises-tu ce que tu as appris au conservatoire pour ta musique ?
Et bien par exemple j’ai appris la synthèse sonore, c’est ce qui permet de créer un son à partir de différents types d’ondes comme les signaux sinusoïdaux ou en dents de scie. Cela m’a permis d’être plus sûr de moi en studio car je sais désormais exactement quel son utiliser et à quel moment l’utiliser, dans quel type d’espace etc…Ce qui est plutôt positif pour ma musique. Le conservatoire nous a aussi beaucoup appris sur l’histoire de la musique électronique et de la synthèse sonore…Des gens comme Stockhausen ou Varese m’ont beaucoup influencé.

Tes maxis sur Seralism et Get The Curse sont très différents l’un de l’autre, comment définies-tu ton son ?
Je dirais que ma musique est avant tout sombre et deep avec pas mal d’éléments bizarres, sexy aussi, parfois très énergique et parfois plus posée. J’aime bien créer une sorte de tension dans mes morceaux et leur donner un côté menaçant comme si quelque chose se rapprochait de plus en plus. Mais j’aime bien l’ambient et les OST aussi, donc tu peux aussi retrouver des éléments de ce genre dans ma musique. Pourquoi est-ce que je préfère les ambiances sombres et bizarres? C’est parce que je trouve qu’il y a beaucoup plus à y explorer qu’avec la musique plus joyeuse non?
En tout cas j’essaye toujours de faire sonner mes morceaux différemment afin de ne pas trop m’ennuyer pendant le processus de production. En général j’utilise des grooves assez classiques avec très peu de swing. Des morceaux comme Battlefield Picknick ou Afraid of Change sont de bons exemples de ça. Je trouve qu’un groove classique aura un rendu plus menaçant tu vois? Et les producteurs qui utilisent beaucoup de swing comme Gaiser ont été copiés des centaines de fois alors bon…Si tu écoutes des groupes de new wave des années 80 ils utilisaient tous le type de groove qu’il y a dans ma musique, ça a été de grandes influences.

Il y a cependant un truc assez récurrent dans tes morceaux, c’est l’utilisation de vocaux très spécifiques et assez étranges comme dans Battlefield Picknick ou Afraid of Change, comment travailles-tu sur ce type de voix ?
C’est marrant que ce soit devenu quelque chose de si reconnaissable car si tu m’avais demandé d’utiliser des vocaux il y a quelques années, pendant toute la vague minimale, je t’aurais sûrement ri au nez. Avant j’étais très puriste à ce sujet, et mon manque d’ouverture d’esprit m’avait fait passer à côté de beaucoup d’éléments sympas exploitables en musique électronique comme la voix humaine par exemple, ou bien les instruments acoustiques. J’ai appris à être plus ouvert à ce type d’instruments (merci le conservatoire) ce qui m’a permis d’obtenir un son plus riche et plus coloré. Comme ça j’ai compris que même une voix peut être deep, l’important c’est ce que tu en fais. En plus j’ai joué de la basse quand j’avais 14 ans donc je l’ai sortie du placard et j’ai recommencé à jouer, c’est comme ça que j’ai fait la bassline dans The Verdict. En ce qui concerne les voix, je vais soit les enregistrer moi-même soit utiliser un sample que j’ai trouvé quelque part. Par exemple la voix de Battlefield Picknick est un sample d’un artiste très connu…Je vous laisse deviner qui.

Comment as-tu rencontré l’équipe de Get The Curse, et pourquoi avoir commencé à travailler ensemble ?
Les gens de chez Get The Curse avaient beaucoup aimé mon morceau Battlefield Picknick, donc je leur ai montré ce que je faisais d’autre. Quand Clément Meyer a entendu « Afraid Of Change » il l’a immédiatement signée.

Ton maxi sur Get The Curse Music a eu beaucoup de feedbacks très positifs, quels sont tes autres projets ?
Il y a un remix pour Patrick Bateman qui devrait arriver bientôt sur Tic Tac Toe. Ensuite j’ai un nouveau morceau qui va sortir sur une compilation de Thema Records, et puis un nouvel EP sur Serialism.

Pour finir j’ai découvert ton magnifique remix de Depeche Mode sur Soundcloud mais il n’y a aucune date de sortie annoncée, tu peux nous en dire plus ?
Je ne sais pas encore ce que je vais en faire, je cherche des moyens de le sortir mais ce n’est pas si facile de communiquer avec Depeche Mode. Mais pas d’inquiétudes pour les gens qui veulent ce remix, il finira bien par être disponible à un moment donné, avant la saison des festivals c’est promis.

_________________________________________________

Download here : (TAL079) Frank Haag – 05.04.2012

5 Comments
  1. Leo says:

    Track id de la bombe a 23/24mn ? svp bande de batards

  2. Karge says:

    Maetrik – Purr Baby peut être?

    http://www.youtube.com/watch?v=jvUGIJEaBfw

  3. egon says:

    tres bon interview…ca fait plaisir aux compositeurs ;-)
    super artiste, super set..quoi dire de plus continuez comme ça!!!

  4. Gagnant | binairesound says:

    [...] Tracealine.com Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  article Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Ajouter aux Favoris le permalien. ← Hello world! [...]

  5. Gagnant | Binaire Sound says:

    [...] Verdict EP Podcast Get The Curse Podcast Trace A Line This entry was posted in Chroniques, Dancing Box by admin. Bookmark the [...]

Leave a Reply