Zoom | Nina Kraviz – Nina Kraviz

Ah, Nina, l’égérie albâtre d’une Techno aux racines noires. Révélée par Radio Slave en 2010, Nina la beauté froide fait parler d’elle à chacune de ses rares sorties sur Rekids. C’est la simplicité qui touche : voix suave, en retrait ou en boucle ; machines originelles qui portent franchement le rythme. Depuis Ghetto Kraviz, la voix se fait plus percussive. Nina ne chante plus : les portions de phrase répétées à l’infini deviennent l’essence de ses morceaux. Si le dernier EP introduisait une ghetto House au ralenti, le premier album à venir dépasse ces références. En contrepartie, il devient parfois inaccessible.

Dès l’introduction, un aspect inédit renverse la rigueur des productions précédentes. Walking In The Air, conformément à son titre, propose une ambiance éthérée, absente de beat. Ces interludes tranchent avec les titres très percussifs qui forment l’essentiel du disque. Il est d’ailleurs toujours étonnant de constater combien la TR909, substantifique moelle, peut encore dominer un album d’un bout à l’autre. En cela, le son de Kraviz semble défier le temps, à la manière de Art Department et leur long format l’année dernière. L’album, répondant au nom de sa génitrice, est dans l’entre-deux. Il fait une bascule délicate et dangereuse entre la Techno épurée, globale et des chansons oniriques. Pourtant, parfois le disque s’endort sur les boucles 4/4, ou s’agace des décalages agressifs de False Attraction. Alors les pauses conduites par un chant chaleureux prennent d’autant plus de relief. Notamment les superbes nappes qui referment l’album.

L’avantage avec Nina, c’est que jamais sa musique ne semble vieillie, alors qu’elle emprunte directement à une recette vingtenaire. On croit, avec ce disque encore difficile à digérer, qu’il gagnera son caractère au fil du temps, à la manière des I’m Gonna Get You et I’m Week. Nina Kraviz va de l’avant.

Sortie le 27 février.

_________________________________________________

4 Comments
  1. Antwan Shalom says:

    Bonne critique les amis ! Par contre, je crois que vous voulez parler de « Ghetto Kraviz » et non pas de « Groove Kraviz » en début de texte, non ?

    A chaud, après une première écoute, mon titre préféré est « Aus ». Je le trouve très bien construit, aérien, limpide… et en même temps puissant, industriel, mécanique.

    Un très bel album en tous cas.

    Je ne suis pas sûr d’avoir prêter une oreille attentive à celui d’Art Department l’année dernière, je vais m’y atteler !

    Bon baisers de la part d’Electrocorp.fr ;)

  2. vernotte says:

    je cherche des places cadeaux pour le rex ce soir
    merci pour les reportage mix playlist pourvu que ca dure
    salut

  3. vernotte says:

    pour une place au rex ce soir merci

  4. Louj Freske says:

    Très bel album, Belle description. Bravow (chat).

Leave a Reply