(TAL065) Avatism

La fin d’année approche et comme d’habitude, elle laisse derrière elle son lot de nouveaux arrivants dans le game des musiques électroniques. Thomas Feriero, plus connu sous le nom d’Avatism, fait indéniablement partie de ces nouvelles révélations en ayant réussi après seulement trois EPs à s’imposer comme l’un des producteurs les plus attrayants du moment.
Sa musique est avant tout sombre. Elle côtoie conjointement des univers deep, house et techno. Ses accords angoissants et faussement mélancoliques sont toujours sublimés par des ensembles percussifs détraqués et des jeux de basslines musclés. Le tout est harmonieux, intriguant et authentique. Il vous suffira d’écouter Sleeping With The Centipede ou Upon The Daze pour vous en convaincre.
2011 a été pour lui une année faste. Son premier coup d’éclat fut Taking It Too Seriously, sorti cet été sur Haunt Music et sûrement l’un des EPs les plus intéressants que j’ai pu écouter ces derniers mois. Cinq tracks incroyablement puissants et commentés avec éloquence par Seth Troxler : « Gangsta! All these songs say i fuck bitches hard, but with love. Sometimes with mask », voilà l’idée. La suite, la confirmation en quelque sorte, c’est encore deux énormes maxis sortis cet automne : Perseverance sur l’excellent Dumb Unit de Jeremy P. Caulfield et Thought Patterns chez Tiefschwarz, sur leur label Souvenir Music. Tout est à écouter, et rien n’est à jeter.

L’avenir, il nous le prépare avec un nouvel EP solo et plusieurs collaborations aux côtés de ses potes italiens de Clockwork. Tout d’abord un maxi ensemble sur Dumb Unit, qui sera d’après lui « un peu différent de ce qu’on a fait avant, un peu plus centré sur un esprit club », puis quelques apparitions sur leur album « Based on a True Story », qui verra le jour sur Life and Death l’année prochaine. Concernant ce podcast il faut savoir que Thomas ne s’attelle pas souvent à l’exercice du DJing, puisqu’il ne fait pratiquement que des lives. C’est donc un petit cadeau qu’il nous a fait avec ce set, qui rassemble quelques uns des tracks qu’il a le plus affectionné ces derniers temps. Enjoy.

_________________________________________________

If you’ve never seen this face before – get used to it, because you might start seeing it much more often in the next few months. After only three EPs Thomas Feriero, also known as Avatism, became one of the most promising artists of the year. His music, tinged with deep house and techno flavours, is mainly dark. Its distressing and falsely melancholic chords are sublimated by weird percussion ensembles and muscular basslines. Everything is smooth, intriguing and authentic. To be convinced, just listen to Sleeping With The Centipede or Upon The Daze.
2011 has been a prosperous year for him. His first remarkable feat was Taking It Too Seriously, released last summer on Haunt Music and certainly one of the most interesting EPs I had the chance to listen to these last few months. Five incredibly powerful tracks, described with eloquence by Seth Troxler: « Gangsta! All these songs say i fuck bitches hard, but with love. Sometimes with mask », you get the point. Then, two other amazing records came out this automn: Perseverance on Jeremy P. Caulfield’s Dumb Unit, and Thought Patterns on Tiefschwarz’s label Souvenir Music. Everything is worth a listen, and nothing is to be thrown.

A new solo EP is due for next year, as well as several collaborations, including one with Clockwork. They will first release a joint EP on Dumb Unit, more club-focused than their previous stuff, followed by some more collabs on Clockwork’s album « Based on a True Story », which should be out on Life and Death late next year. Regarding this podcast, you should know that Thomas doesn’t usually DJ, because he only plays live. So he’s kind of making us a gift with this mix, featuring some of his favorite tunes. Enjoy.

Download here : (TAL065) Avatism – 01.12.2011

Leave a Reply