Interview | Lee Foss

Lee Foss c’est un peu l’homme du moment, le mec dont tout le monde parle, de Londres à Paris, de Miami à Los Angeles. Il faut dire qu’il est sur tous les fronts: à la fois DJ, producteur et gérant de label (banal, me direz-vous), il est devenu en l’espace de deux ans l’une des figures emblématiques de la house nu-school, aux côtés d’autres artistes désormais incontournables comme Art Department ou Deniz Kurtel. Son succès, il le doit aussi bien à ses productions solo ou en duo avec Jamie Jones qu’à son label Hot Creations, qui en moins d’un an a rejoint Crosstown Rebels et Wolf+Lamb au sommet de cette nouvelle scène house. C’est donc malgré un planning évidemment très chargé que Lee a accepté de répondre à nos quelques questions; il nous parle ainsi de sa carrière, de ses projets tous plus excitants les uns que les autres, ainsi que de son amour pour les lunettes de soleil vintage.

- English Version -

____________________________________________________________________

Salut Lee, ça farte ? Tu fais quoi de beau aujourd’hui ?
Et bien aujourd’hui je suis à Londres, je viens de rentrer en Angleterre après 9 jours passés à Miami et là je vais entamer ma tournée à travers le Royaume-Uni. Sinon j’essaye de rattraper quelques heures de sommeil, vu que j’ai assez peu dormi à Miami. C’est très excitant de rentrer au Royaume-Uni car ce pays est une sorte de baromètre pour moi, chaque fois que je pars quelques mois à l’étranger puis que je reviens c’est incroyable de voir comment mon nom y a évolué, et comment les Anglais s’intéressent de plus en plus à ma musique.

Du coup tu as pu aller à la WMC (Winter Music Conference à Miami) malgré le changement de dates ou tu es arrivé après ?
Moi je suis allé à ce qu’on appelle l’Ultra Week ou Miami Music Week, c’est à dire l’évènement qui a lieu la dernière semaine de mars. Aucun des DJs que je connais n’est allé à la WMC qui avait lieu quelques semaines plus tôt, car ils n’avaient pas envie d’annuler des dates prévues depuis super longtemps et préféraient se réserver pour l’Ultra Week. Sinon la semaine à Miami a été géniale, même si j’ai l’impression qu’il y avait moins de monde que d’habitude (il y a eu des histoires d’incendie à l’aéroport de Miami qui ont dû un peu décourager les gens). En tout cas tout mon crew et mes amis étaient présents, les fêtes organisées par Visionquest, Crosstown Rebels et Hot Natured ont fait un carton, c’était même mieux que ce que j’espérais. Je crois que pas mal des gros gros events organisés pendant l’Ultra Week ont fait un bide ou ont été annulés, mais en ce qui concerne les trucs «new school» c’était que du bon.

J’ai toujours voulu partir à Miami pendant l’Ultra Week, pour assister aux fêtes organisées par Crosstown Rebels ou Hot Natured, mais les billets sont chers et c’est pas la porte à côté…Par contre j’ai regardé beaucoup de vidéos de l’Ultra Week, et il semble qu’il y ait vraiment une ambiance cool et relax là-bas…Tu peux nous décrire un peu cette ambiance, pour nous les petits Français qui ne peuvent pas aller à Miami ?
L’Ultra Week à Miami est mon festival international préféré de l’année. Tous nos potes du monde entier se retrouvent dans des lieux vraiment cools comme l’Electric Pickle, il fait super beau, il y a plein de jolies filles et des fêtes incroyables, c’est juste ma semaine préférée de l’année. Là on a loué une grande villa avec des amis pour y faire des afters, c’était parfait. Sinon il y a beaucoup de nouvelle musique qui circule et qui est signée sur des labels, tous tes amis te font écouter leurs nouvelles prods, c’est à la fois fun et bénéfique pour ta carrière. En plus j’adore les palmiers.

Ok j’ai le seum…Mais il doit quand même y avoir une sorte de rivalité entre la scène «underground» que toi et d’autres représentent, et les trucs plus mainstream comme David Guetta et la Swedish House Mafia non ?
Je n’ai jamais ressenti de rivalité ou remarqué quoi que ce soit de la sorte, puisque de toute façon je ne vais pas à ce genre de fêtes. J’ai toujours l’impression que les fêtes organisées par Crosstown Rebels ou Visionquest par exemple peuvent attirer l’attention des gens les plus cools de cette scène mainstream, et ainsi leur ouvrir la voie vers de meilleurs horizons musicaux. Je ne juge personne sur la musique qu’il écoute car tout le monde a ses propres goûts, mais si les gens de la scène underground font l’effort de produire de la bonne musique et d’organiser des fêtes cools, alors tout le monde y compris les mainstreams devraient en profiter sans qu’il y ait de rivalité.

Tu as une actu plutôt chargée en ce moment, entre ton dernier maxi en tant que Modern Amusement sur No. 19, ton futur EP solo sur Hot Creations, le fameux Forward Motion qui va bientôt sortir et la compilation Hot Waves…Comment fais-tu pour gérer tout ça ? Ca t’arrive de dormir parfois ?
Ouais c’est vrai que j’ai pas mal de choses en cours en ce moment, il y a aussi l’album de Hot Natured et mon album solo sur Hot Creations, un nouveau track sur le mix de Soul Clap pour No. 19, des tonnes de remixes…Bref, trop de trucs pour tous les citer. Ah j’ai aussi un nouvel EP à venir sur No. 19…Je manque beaucoup de sommeil en effet, mais si je sors autant de musique c’est aussi dû au fait que je travaille vite, et que j’ai fini des tonnes de tracks ces deux dernières années qui ne sortent que maintenant. Quand tu vois que je sors en général quatre morceaux originaux par EP, tu peux imaginer la quantité de musique que je produis.
J’ai gardé sous le coude bon nombre de mes productions et de Hot Natured que certains auraient sorti tout de suite. Ca a peut être parfois été un mauvais choix, car certains de mes vieux morceaux pourraient êtres assimilés à des tendances récentes, dont j’ai du coup été plus ou moins précurseur. Parfois j’ai du mal à lire certaines reviews car je me dis que si j’avais sorti les morceaux en question par exemple en 2009, ils n’auraient sûrement pas été critiqués de la même façon. Mais en fin de compte, ce qui m’importe le plus c’est que les gens apprécient ma musique. J’aurais aimé avoir plus de temps pour travailler sur mes morceaux, je suis en tournée beaucoup plus souvent que je ne le voudrais, mais je sais aussi qu’il est important pour les gens de m’entendre sur de nouveaux territoires, qu’ils soient géographiques ou musicaux…

Tu as sorti des maxis sur quelques-uns des labels les plus hypes de ces dernières années comme Wolf+Lamb, Culprit ou No.19…Qu’est-ce que ça te fait de voir ta musique sortir sur des structures aussi géniales et innovantes ? Et aussi je me demandais pourquoi tu n’as toujours rien sorti sur Crosstown Rebels, qui est à mon avis le label le plus important de cette nouvelle «scène house underground»…
Je serai toujours associé à Crosstown Rebels car j’adore ce label, en plus ce sont eux qui gèrent mes bookings et beaucoup de mes amis font partie de la famille Crosstown. Je suis content pour eux et pour Damian Lazarus que le label ait autant de succès. Néanmoins je me suis toujours promis de construire des choses par moi-même, comme un label, au lieu de travailler avec des structures pré-existantes. Hot Creations/Hot Natured est ma marque, c’est mon coeur, et toute mon énergie y passe. J’ai envie que les gens disent d’ici un an que Hot Creations est le label le plus important de cette nouvelle «scène house underground».
Culprit est une marque que j’ai aidé à construire, je serai toujours associé à ce label qui est géré par quelques uns de mes amis les plus proches. Son succès me rend fier, plus que n’importe quelle sortie sur un label déjà existant le pourrait. J’imagine que je me suis toujours senti un peu opprimé par l’industrie musicale, à cause de tout le travail que j’ai dû fournir et de tout ce que j’ai dû endurer pour enfin goûter au succès. Dans un sens Culprit est aussi un peu mon label, ou en tout cas un label pour lequel j’ai toujours ressenti un très grand intérêt.
Wolf+Lamb et No. 19 sont aussi des labels très excitants, gérés par de bons amis qui se sont beaucoup intéressés à moi après m’avoir vu joué à Miami au printemps 2009, pile au moment où on lançait Culprit, donc ils m’ont soutenu depuis le début. Gadi Mizrahi et Jonny White ont été deux de mes plus grands supporters, ils ont donné un boost à ma carrière donc leurs labels auront toujours mon soutien. Il ne faut jamais dire jamais, mais il y a très peu de chances que je sorte un maxi sur un label pré-existant, sauf si un jour je deviens un producteur très important.

Justement ta carrière a beaucoup évolué ces deux dernières années, mais est-ce que ce n’est pas un peu étrange (et merveilleux à la fois) qu’autant de gens se mettent d’un seul coup à parler de toi et montrent un vif intérêt pour ta musique ?
C’est étrange dans beaucoup de sens, mais comme j’ai toujours eu l’impression de faire quelque chose de spécial et que j’ai travaillé dur toutes ces années pour devenir DJ et producteur, je me suis souvent dit que le succès finirait bien par arriver, c’est juste étrange que tout se soit enchaîné si vite. J’ai été avec une fille pendant sept ans, et du coup je pensais toujours à «nous» car je ne pouvais pas imaginer ma vie sans elle, j’étais tout le temps fauché car je devais m’occuper d’elle et de ma famille, et on a rompu juste avant que le succès n’arrive. Ca a été difficile d’accepter que ce succès n’était que le mien, qu’il n’était pas partagé, car je me suis dit pendant si longtemps que je ne travaillais pas que pour moi mais aussi pour ma copine. Mais maintenant c’est vraiment génial de voir que les gens apprécient ma musique et Hot Natured/Hot Creations. Quand tu bosses dur, ça fait toujours plaisir de voir que ton travail est suvi et reconnu.

Grâce à toute l’attention que te portent les médias aujourd’hui, tu es clairement devenu un trendsetter sur la scène house…Du coup les futurs challenges auxquels tu devras faire face ne te font pas un peu peur ?
C’est clair qu’il y aura des moments difficiles, je ne me fais pas d’illusions. Les gens kiffent une nouvelle mode puis passent à autre chose, mais si tu fais quelque chose de vraiment bon et spécial ton cercle de fans ne cesse de s’élargir, et ta musique devient de plus en plus répandue. Donc je n’ai pas vraiment peur de l’avenir, les critiques négatives ne me feront pas plaisir c’est sûr, mais peu importe du moment que ma musique est appréciée.

Quand je vois tous ces nouveaux maxis que tu sors chaque mois, je ne peux pas m’empêcher de penser que tu dois avoir des milliers de tracks et edits encore unreleased sur ton ordi non ?
Oui j’ai plein de morceaux de moi et de Hot Natured pas encore sortis. Certains sont presque finis, d’autres auraient dû sortir mais ne sortiront probablement jamais car ils ne sont plus assez bons, et d’autres sont finis et sortiront au moment venu. Il n’y en a pas des milliers non plus, mais un nombre assez important ouais…

Revenons-en à la compilation Hot Waves…Tu peux nous en parler ? Comment t’as fait pour choisir les tracks et les artistes qui sont dessus ?
Hot Waves est notre nouveau label avec Jamie Jones, on va faire plusieurs compilations dessus avec des samplers vinyles de quatre morceaux, tous les trois mois. Le but c’est de sortir des tracks qu’on a reçu mais qui n’étaient pas suffisants pour faire un maxi entier. C’est un bon moyen pour faire découvrir de nouveaux artistes, même si on va aussi y inclure nos propres morceaux. Sur la compilation dont tu parles il y aura du Jamie Jones, Hot Natured, Robert James et plusieurs autres producteurs qui nous ont beaucoup plu, et qui ont le potentiel pour rendre cette compil vraiment spéciale.

Et sur Hot Creations, il y a quoi de prévu ? Comment se passe la sélection au niveau des artistes ?
Le prochain EP ça va être Forward Motion de Hot Natured le 25 avril (il va être énorme), puis mon nouvel EP solo, puis des maxis de Jamie Jones, Danny Daze, Robert James, Miguel Puente et MANIK…Il y a aussi l’album de Hot Natured, mon album solo et un autre de Miguel Campbell. J’ai vraiment hâte de sortir tout ça, Forward Motion et le maxi de Danny Daze vont être deux des plus gros hits de l’année…Bref, il vaut mieux que je ne commence pas à parler de chacune de ces releases, sinon je vais y passer des heures.
Sinon, pour qu’un artiste soit signé chez nous il faut que la musique nous plaise et qu’elle corresponde à notre identité, et que l’artiste nous plaise en tant que personne. On ne veut bosser qu’avec des gens cools et marrants, avec qui on s’entend bien. Mais on veut surtout qu’ils fassent de la musique qui déchire.

Parle-nous un peu de Forward Motion…Comment avez-vous rencontré Ali Love et décidé de bosser avec lui sur ce track ?
Je connais Ali depuis un an environ, c’est le meilleur ami d’un très bon pote à moi qui s’appelle Ben…Ben avait essayé de nous mettre en contact pendant assez longtemps, puis lorsqu’il m’a fait écouter un des morceaux d’Ali, Diminishing Returns, j’ai compris que ce mec était très doué vocalement et pour écrire des paroles…On s’est vu à plusieurs soirées par la suite, et Ali m’a demandé de remixer son track Moscow Girl.
Pendant que je bossais sur ce remix, Ali est passé au studio pour voir où j’en étais puis on a fini par enregistrer quelques vocaux. J’ai tellement aimé que j’ai dit à Jamie ce soir-là qu’on avait trouvé notre chanteur pour Hot Natured. Ensuite on a fixé une date pour une session studio tous les trois, et on a fait Forward Motion en une nuit…Le processus a été incroyable, on est parti d’une boucle assez cool avant qu’Ali n’arrive puis on a bossé toute la nuit pour trouver des paroles et finir le morceau. C’était la première fois que j’écrivais des paroles de chanson et j’ai adoré, celles qu’on a trouvé pour Forward Motion ont un côté profond et métaphysique très sympa. Au fur et à mesure de la construction du morceau on a compris que ça allait devenir un hit, il y avait une énergie assez particulière dans la pièce. On a terminé vers 10 heures du matin, puis on est parti se coucher.

A propos de production, tu n’aurais pas quelques conseils à donner à tous les producteurs en herbe qui lisent ce blog ?
Pas de recommandation en particulier, il faut surtout écouter de la bonne musique et se laisser influencer, et aussi apprendre à utiliser son séquenceur. Apprenez à utiliser vos outils, que ce soit du hardware, des effets, des plugins etc…Passez des milliers d’heures à faire du son avec votre séquenceur, et des milliers d’heures à mixer en club pour voir ce qui fait réagir les gens.

Merci pour les conseils…Tout à l’heure tu parlais d’un album de Hot Natured prévu pour bientôt, ça va être quel genre d’album ? Est-ce qu’on peut aussi espérer un live de toi et Jamie Jones pour l’accompagner ?
Je suis très content de l’album pour l’instant, on prévoit de faire encore quelques collaborations vocales dans le genre de Forward Motion avant de le terminer. Ca va être un album assez varié! Il y aura quelques morceaux qu’on a fait il y a un an, un truc entre Metro Area et Daft Punk, il y aura aussi des tracks à base de grosses basslines comme on aime faire, quelques trucs plus mielleux aussi…Le tout sera à la fois cohérent et varié. Pour ce qui est du live, Jamie et moi en avions déjà fait deux l’année dernière, à Miami et Ibiza. Je suis sûr qu’après l’album on bossera sur un live un peu plus fourni. C’est beaucoup de travail et de préparation, mais ça vaut carrément le coup.

Et pour ta carrière solo, on peut s’attendre à quoi ?
J’ai un nouvel EP solo sur Hot Creations qui va sortir mi-mai, et un album solo en septembre. Je ne peux pas trop en parler pour le moment, mais j’ai hâte que ça sorte.

Ce serait bien de faire une tournée européenne pour la sortie de l’album, car on ne te voit pas très souvent jouer en France…J’ai entendu parler d’une soirée Hot Natured le 21 mai à Paris, tu peux nous en dire plus ?
Il y aura effectivement une Hot Natured à Paris le 21 mai, mais je ne suis pas sur le line-up car je serai aux States à ce moment-là. Par contre je joue à Paris le 23 avril pour une soirée organisée par WeBecome. C’est pratiquement un mois avant la Hot Natured, donc n’hésitez pas à venir! J’ai eu pas mal de problèmes de visa ces neuf derniers mois, c’est pour ça qu’on ne me voyait pas beaucoup en Europe…Mais là c’est en train de se régler.

Je pense vraiment que ta musique est faite pour être écoutée en été, car elle s’inspire beaucoup de trucs propres à cette saison comme les palmiers, les glaces, les filles dénudées et les lunettes de soleil vintage…Et comme l’été arrive à grands pas, tu peux nous dire ce que tu comptes faire à cette période ?
C’est vrai que j’essaye de rendre ma musique fun, tout en lui donnant un petit côté émotionnel et profond. En tout cas j’aime beaucoup toutes les choses que tu as citées. J’ai plein de trucs prévus cet été, surtout en Europe, notamment plusieurs festivals en Angleterre et des dates du genre Fabric/Louche. En mai et début juin je fais une tournée en Amérique du Sud, puis après je retourne en Europe. Après je repars aux Etats-Unis pour Burning Man et pour les rooftops de Culprit à Los Angeles.

Donc tu fais de la musique cool, tu as un label qui marche, et aujourd’hui ta carrière de DJ te permet de faire le tour du monde et d’être payé pour ça…Quels sont tes autres buts dans la vie, et comment tu vas faire pour les atteindre ?
Merci, c’est gentil. C’est vrai que je ne suis pas trop à plaindre. Un de mes objectifs ce serait surtout de tourner moins, pour consacrer plus de temps à la production. Sinon j’aimerais beaucoup produire de gros artistes comme Lykke Li, Alicia Keys, Jay-Z etc…Et bien sûr j’ai hâte de sortir l’album de Hot Natured et mon album solo. Si on continue sur notre lancée je pense que tous ces buts seront atteints.

Dernière question, je sais que tu es un grand amateur de lunettes vintage, et il se trouve que je viens juste de m’en acheter une paire alors j’aimerais bien avoir ton avis…C’est les Cazal 734, voilà une photo. Alors, t’en penses quoi? Et t’as quoi comme lunettes de soleil toi?
J’ai quelques Versace vintage, en fait je porte différentes couleurs de mon modèle préféré que la plupart des gens appellent maintenant «les lunettes de Lady Gaga», parce qu’elle a les mêmes…J’ai aussi plusieurs variations de ce même modèle. Mais maintenant il y a plein de fakes qui circulent, je continue à les porter quand même parce qu’elles me vont bien…J’ai aussi des Cazal 858, des Dior vintage, et aussi des Silhouette et des Yves Saint Laurent assez fraîches. Mais à vrai dire je pense que les gens s’en foutent un peu de mes lunettes de soleil. Sinon ouais, tes Cazal sont plutôt cools…

1 comment
  1. Hot Natured (Jamie Jones and Lee Foss) – Forward Motion (EP) | SSS / SeekSickSound says:

    [...] Extrait de l’interview réalisée par Trace A Line [...]

Leave a Reply