Aleph-1


C’est en réécoutant l’excellent premier album de Jamie Jones sur mes enceintes fraîchement acquises que j’entame l’écriture de cet article, après une longue période de rien, particulièrement au niveau des playlists. Vous aurez peut-être compris en lisant ma première phrase que je traverse en ce moment une passe Crosstown Rebels, un peu comme beaucoup de monde en ce moment d’ailleurs, après plusieurs mois passés à m’assommer le crâne à coups de techno sombre et mentale. Il était ainsi grand temps de repasser du côté house de la Force, sans trop savoir pourquoi, peut-être pour tenter de se replonger dans cet été 2010 qui n’est décidément plus qu’un vague souvenir. Crosstown Rebels donc, le label de Damian Lazarus, qui s’impose depuis sept ans maintenant comme l’une des structures les plus novatrices du genre, grâce à sa house futuriste teintée de nombreuses influences et qui a permis au label de se forger une personnalité à part. Art Department, c’était eux. Glimpse, c’était eux aussi. Rassurez-vous, cet article ne sera pas entièrement consacré au label anglais, je vais simplement vous faire part des hits qui m’ont le plus marqué ces derniers temps, mais toujours dans un esprit house. Un récent commentaire sur le blog réclamait plus de son et moins de blabla, ça fait déjà beaucoup de blabla mais le son arrive.

Rien de très original pour commencer, puisque voici le track Equilibrium produit par Hot Natured et sorti il y a déjà quelques mois sur Culprit, le label de Los Angeles qui monte de plus en plus. Hot Natured c’est l’alliance entre Jamie Jones et Lee Foss, sans doute deux des personnages les plus talentueux de l’écurie Crosstown. Ensemble ils créent une house deep dans le bon sens du terme, inspirée de genres multiples allant du r’n'b à la soul, en passant par le disco. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le morceau ci-dessous, disons juste qu’il fait facilement partie de mon top 5 de l’année: la ligne de basse hyper sexy couplée à quelques samples bien placés en font un drop ravageur dans la veine d’un Art Department, toujours avec un côté discoïde barré. Ecoutez aussi les EPs solos de Lee Foss, pour qui 2011 sera une année exceptionnelle si vous voulez mon avis. Quant à Jamie Jones, il n’est plus à présenter.

Hot Natured – Equilibrium

Changement de registre avec Superpitcher remixé par Sascha Funke. L’allemand auteur du désormais classique Mango nous avait plutôt habitués à une musique planante évoquant le lever du soleil dans un champ de marguerites à la rosée du matin. La recette reste vaguement la même ici, sauf que Funke y a incorporé une basse classique mais percutante, donnant ainsi avec la voix survocodée de Superpitcher et les nappes fantomatiques qui  l’accompagnent un groove malsain et drogué au morceau.

Superpitcher – Rabbits In A Hurry (Sascha Funke’s JD Is The One Rabbits Remix)

San Soda est un jeune artiste belge passionné par Chicago, New York, la soul et le funk, autrement dit toutes les influences nécessaires pour faire un bon producteur house aujourd’hui. Inspiré des plus grands, de Theo Parrish à Moodymann, sa musique sonne parfois hip-hop, parfois reggae mais surtout deep house, avec toujours en tête la volonté de rendre hommage à l’oldschool qu’il chérit tant. Il crée pour cela un label avec son pote Red D, We Play House,  qui au bout de quelques sorties signées Russ Gabriel, Nacho Marco ou FCL s’est déjà taillé une bonne place dans le paysage électronique actuel. Le premier album de San Soda, moitié deep house moitié dubstep, vient d’ailleurs de sortir sur WPC. En voici un extrait avec Hypocrisy, qui sonne à la fois kitsch et authentique: simple mais efficace, ça passe crème comme on dit.

San Soda – Hypocrisy

Vous l’aurez compris, cette playlist est vachement centrée sur la basse. Et pour ce qui est des basses, Marcus Marr est maître en la matière. Longtemps resté dans l’ombre malgré une carrière de compositeur/producteur qui ne date pas d’hier, ce londonien a tout récemment sorti son premier EP sur la nouvelle structure anglaise New Finger: deux morceaux qualifiés de « nu-disco » parus pile pendant la hype autour des disco edits menée par les Mark E et autres Eddie C, timing parfait donc. Ainsi, Marr est très vite apparu sur des labels aussi importants que Rekids ou plus récemment DFA, puisqu’il vient de signer un excellent remix pour Shit Robot. Je vais plutôt vous parler de son remix pour Tinpong, le nouveau duo composé de Bottin et de la chanteuse Joy Freypong. On a là un track dans la pure tradition du revival disco: snare claquant, basse surpuissante, vocal entraînant, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce remix l’un des « top drops » de cette fin d’année. Retenez bien le nom de Marcus Marr, car on va sûrement beaucoup en entendre parler.

Tinpong – New Religion (Marcus Marr Remix)

Tom Demac par contre s’est déjà construit une solide réputation de DJ/producteur. Auteur de maxis parus sur des labels certes récents mais aussi très influents (Hypercolour, Murmur et surtout liebe*detail), il bâtit une deep house toujours novatrice et excitante, bien loin des clichés que certains pourraient avoir sur ce type de musique. Je l’ai découvert avec son morceau Slip Slop Slap paru sur la compilation No Fit State Sampler, et c’est de loin mon préféré: beat oldschool et sample hautement addictif, ce track fut ma seule obsession pendant un long moment, mais je me soigne rassurez-vous.

Tom Demac – Slip Slop Slap

Enfin, voici un track signé Youandewan (encore un anglais..) que j’avais envie de poster depuis très longtemps. Malgré sa petite vingtaine d’années, Ewan Smith a déjà attiré l’attention de Ellen Allien, Ryan Crosson, dOP et beaucoup d’autres grâce à sa minimale délicate, planante et originale (plus originale que mes adjectifs en tout cas) qui caractérise assez bien ce que l’on appelle parfois « uplifting house », c’est à dire une musique stimulante, douce à l’oreille et qui met de bonne humeur. Le morceau ci-dessous est sorti il y a un moment, mais sa qualité de production et d’arrangement ne cesseront jamais de m’étonner. Une magnifique ballade qui sent bon l’été et donne du baume au coeur, voilà un bon moyen de sortir de la grisaille hivernale un court instant.

Youandewan – 1988

En bonus, et pour finir sur une note plus techno, voici une vidéo (amateur ou non, j’en sais rien) accompagnant le titre Diving Point de l’italien Claudio PRC. Sans non plus être un chef-d’oeuvre, le clip est vraiment bien réalisé et s’intègre parfaitement au morceau (qui est déjà une vraie bombe en soi).

4 Comments
  1. Dj Buda says:

    Amazing Post !!!
    Respect From Dj Buda (Lulu Rouge & Baba Black)

  2. Louj Freske says:

    Le Youandewan est extraordinaire.
    Lip Dub urbain sous acid sur le Claudio PRC, ce mec est un génie.

  3. RA says:

    Grosse claque sur le Youandewan. Merci Cash :)

    RA

  4. Emmanuel says:

    Je me souvenais pas que t’avais posté le Youandewan, sacrée dose de bonheur et d’amour

Leave a Reply