Headfuck


Bon, c’est pas que j’en ai marre de publier que des podcasts mais il était temps que je refasse une petite playlist moi aussi. Ca va faire un mois que j’ai plus ou moins été désigné responsable des biographies et descriptions de mixtapes, alors ça fait plaisir de pouvoir enfin écrire un peu ce que je veux. Et autant vous dire qu’en un mois j’ai encore radicalement changé de bord musicalement parlant, comme on a pu vaguement le remarquer avec mon précédent article. Non pas que je sois tombé dans la hardtek ou dans le happy hardcore (ça c’était avant), mais c’est vrai que si je passais ce que j’écoute maintenant en soirée j’aurais plus de chances de me faire taper qu’à l’époque où je postais de la tech-house avec des samples rigolos. Ca veut pas dire qu’il n’y aura plus de tech-house à samples rigolos dans mes articles hein, juste que là je suis dans une phase dubstep (oui oui)/dub techno/claquage de neurones. Bref, j’arrête de dire de la merde, et musique.

2 AM/FM c’est le duo formé par D’Marc Cantu et son colocataire de l’époque James T. Cotton, figure emblématique des labels frères Ghostly International et Spectral Sound. Leur musique s’inspire du son acid house popularisé par des labels comme le mythique Trax Records, et le résultat est génial au point que j’ai hésité à poster le maxi en entier tellement j’ai eu du mal à choisir. Finalement je me suis décidé pour Poison Dart, un track totalement psyché (au casque j’ai eu l’impression que des balles de tennis me rebondissaient dans le crâne) avec ses nappes acid à base de TB-303 qui vous font dire que finalement la musique c’était mieux avant.

2 AM/FM – Poison Dart

Tion je sais plus d’où ça vient, mais toujours est-il que j’ai retrouvé ça par hasard dans un coin de ma bibliothèque musicale. Alors je me suis renseigné un peu et tout ce que j’ai pu trouver c’est qu’il est slovène et qu’il mériterait un peu plus de reconnaissance. Sa musique se rapproche de la techno minimale et austère de M_nus ou Monocline, le genre de trucs dont on a du mal à se lasser. Le morceau ci-dessous est extrait de son maxi Whistle Stop sur le label Tongut (et non pas Ostgut Ton), très bon label suisse que je ne connaissais pas jusqu’ici. Track de minimale assez classique mais efficace, le type de morceau qui évolue peu mais qui fait danser pendant 8 minutes sans interruption.

Tion – Someplace

Comme je le disais en ce moment je suis très intéressé par la techno inspirée aussi bien par Basic Channel que par Detroit. Ca donne quelque chose qui est à la fois très martial et assez deep, toujours très sobre et produit sans concessions, juste de la techno faite pour danser mais pas n’importe comment. Frozen Border illustre assez bien ce que je veux dire. C’est un label/collectif anglais assez mystérieux (un peu comme Skudge dont j’avais parlé dans mon précédent article) qui a sorti quatre 12″ produits à tour de rôle par trois anonymes. Donc Frozen Border on sait pas qui c’est, on ne les a jamais vus, mais on sait que c’est bien. En tout cas ils sont playlistés régulièrement par toute la clique du Berghain, si ça c’est pas une preuve de qualité…Bref écoutez le track ci-dessous, un hybride entre Berlin et Detroit.

Frozen Border – 3.1

Mathias Schaffhäuser n’est pas n’importe qui. Actif depuis les ‘90, il est passé par tous les styles: de la house vocale à la deep en passant par une techno plus radicale, il a sorti une bonne vingtaine de maxis et quelques albums dans sa carrière. Il possède aussi un label important, Ware, qui a révélé des artistes talentueux comme Ziggy Kinder et And.Id. Xhin aussi est un vétéran sur la scène club underground: singapourien d’origine, sa musique est une techno froide et brutale qui lui permet aujourd’hui d’être playlisté par les plus grands. Schaffhäuser et Xhin ensemble ça donne The Revenge, un morceau génial au groove sombre construit à partir du sample de je ne sais quel film, en tout cas ça rend plutôt très bien.

Schaffhäuser & Xhin – The Revenge

Pigon c’est la réunion d’Oliver Kargl et de Philipp Sollman, aka Efdemin. Ils ont sorti quatre maxis mais plus rien depuis 2008: le dernier en date, Kamm/Plain, est paru sur le mini-label Beatstreet en compagnie de Marcel Dettmann. Sinon les deux précédents sont sortis sur Dial, le fameux label hambourgeois représenté par Lawrence, Pantha du Prince ou Efdemin justement (dont l’album Chicago est sorti récemment) et qui possède ce son si particulier. Dans le track qui suit on retrouve ces sonorités qui ont fait la renommée de Dial, une minimal house délicate et aérienne (pour reprendre les adjectifs usuels), inspirée par l’hiver, qui berce l’auditeur et le plonge dans un profond bien-être.

Pigon – November In Little Albio Street

C’était assez gentil comme playlist en fait. J’ai hésité à vous mettre du dubstep, mais ce sera pour une prochaine fois.

Leave a Reply