Chart | Siskid

Petite nouveauté aujourd’hui. En marge de nos habituels podcasts, interviews et autres reviews, nous avons décidé de lancer une nouvelle rubrique, dont les contours ne sont pas encore tout à fait bien définis, mais qui – n’ayez crainte – prendra forme naturellement dans les mois à venir, en tout cas je l’espère. L’idée de base, c’est de faire participer expressément certains artistes au contenu du blog, non plus seulement par le biais des mix que l’on vous propose, mais aussi par l’écriture, pour en revenir aux fondamentaux du blogging. Le but, c’est essentiellement de faire découvrir les influences et les coups de cœur de chaque producteur qui aura eu la gentillesse de partager avec nous son background musical, accompagné d’un petit descriptif pour chaque morceau, composé par l’artiste lui même. Voilà, on a décidé d’appeler ça des charts, ou plutôt playlists si vous préférez.

Sans plus attendre, on commence de suite avec Siskid, qui nous présente ci dessous ses commotions cacophoniques les plus précieuses, une poignée de titres qui baignent pour la plupart en plein milieu des années 80/90, quelque part entre Prince et Iggy Pop, en passant par AC/DC ou encore Aphex Twin. Enjoy.

____________________________________________________________________

a

Gun Club - Fire Spirit (Ruby Records – 1981)
Mené par Jeffrey Lee Pierce, l’un des songwriters les plus talentueux qui ait existé, ce groupe, comme pour beaucoup m’a marqué et inspiré. « Sex beat » est le morceau qui revient le plus souvent (repris brillament par Two Lone Swordsmen), mais je penche plus pour « Fire Spirit » en général, pour son coté encore plus déglingué, my ultimate let go !

Nine Inch Nails - Closer (Nothing Records – 1994)
Pas du tout original je sais, morceau que j’ai du playlister des milliers de fois, mais il fait partie de ma culture, de qui je suis, et encore une fois je l’assume complètement ! Le groove est toujours aussi sex après 16 ans, et m’inspire encore aujourd’hui.

AC/DCSin City (Atlantic – 1978)
Pour rester dans le groove justement, les riffs ultra puissants (et en même temps tellement simples) de Malcolm Young, la croche parfaite de Rudd, la voix de Scott qui chante avec toujours autant de conviction son envie de s’éclater…. Moi je suis fan !

Tones On Tail - Lions (Beggars Banquet – 1984)
Projet de Daniel Ash (Bauhaus), sublime morceau d’intro de l’album « Pop ». Pas toujours besoin de développer…

Iggy Pop - Nightclubbing (RCA – 1977)
Encore un morceau que je cite souvent, la période Iggy la plus intéressante (à mon gout), la team Pop/Bowie fonctionne à merveille et c’est toujours aussi actuel !

The Jesus & Mary Chain - Down On Me (Blanco Y Negro – 1987)
Bon, ça c’est mon coté plus « indie kid » (ah nostalgie, quand tu me tiens), ça me rappelle quand j’allais à Jenks, une boite à Blackpool en Angleterre, où je passais la plupart de mon temps…

The Normal - Warm Leatherette (Mute – 1978)
Autre grand classique, écrit ici par le boss de Mute, Daniel Miller, qui me rappelle à l’ordre de temps en temps quand je digresse trop sur un morceau…. Ça aide parfois.

Jay Reatard - Waiting For Something (In The Red Recordings – 2006)
Morceau de clôture sur l’album Blood Visions. Pour moi, Jay Reatard fait partie avec Slayer des derniers vrais punks ! Il est mort en Janvier dernier… Comme quoi, c’est toujours les bons qui partent en premier… RIP.

Q. Lazzarus - Goodbye Horses (All Nations Records – 1991)
Encore une fois pas très original, tout le monde connaît le morceau (autant pour la fameuse scène dans le Silence Des Agneaux, ou pour l’edit de Krikor), mais ce morceau est aussi la synthèse de tout ce que j’aime et de ce qui me compose.

Aphex Twin - Ptolemy (Apollo – 1992)
Ou comment j’ai découvert la musique electronique (« The Orb/Little Fluffy Clouds » autre grand catalyseur).

Prince - Sign O’ The Times (Paisley Park – 1987)
Grand grand classique, y’a rien et ça groove à mort… Prince quoi !

Pink Floyd - One Of These Days (Harvest – 1971)
La grande époque Waters/Gilmour, juste épique ! A écouter au casque, c’est encore mieux.

Gary Numan - Are Friends Electric ? (Beggars Banquet – 1979)
Peut être LE tube de Gary Numan and the Tubeway Army, où Numan partage encore sa vision parano vectorisé par sa « synth pop ». Il a souvent été categorisé comme un artiste qui inspira l’indus… Moi faut pas me dire indus, j’aime pas ça, mais j’aime beaucoup Gary Numan, il a fait des bons morceaux.

Quad Throw Salchow - Matters Of The Mind (Tummy Touch – 2009)
Groupe signé sur Tummy Touch, side project de Justin Drake (Peace Division), mais surtout de la très énigmatique Olivia de Lanzac avec qui j’ai eu le privilège de travailler sur mon dernier maxi. J’adore ce morceau (comme tout le reste de l’album), pour son coté indiscible, intime et froid à la fois, y a rien de superflu, tout est à sa place, et ça fait beaucoup de bien parfois.

____________________________________________________________________

Merci à Siskid.

_

1 comment
  1. walkmAn says:

    Sympa cette petite playlist, mon préféré reste le « Goodbye Horses » de Q. Lazzarus et l’edit de Krikor qui est toujours d’une fraîcheur incontestable.

Leave a Reply