What Remains.

Nota : article écrit il y a environ 3 semaines, nespa

Coucou les p’tits, à l’heure ou j’écris ce post, le site est tout cassé, mais il devrait revenir bientôt. Enfin quand vous le lirez, il sera tout beau tout neuf du moins. Alors oui, j’ai encore pas tenu mes engagements, j’ai encore pas écrit pendant un bon mois… Plusieurs raisons à ça, qui ne sont pas franchement réjouissantes/intéressantes. J’ai re-sombré dans une période post-rock, musique de circonstance pour la déprime. Yay. Bref, me voila bloqué en France, dans l’impossibilité de repartir taffer en UK à cause de ce fdp de volcan. Et pourtant ces jours-ci, c’est bien la seule fois de ma vie ou j’ai plus que hâte d’y retourner. Du coup je m’occupe à rien faire et a regarder des séries à la pelle, dernière en date Sons of Anarchy (j’me demande d’ailleurs si ça s’passe vraiment comme ça le règne des Motorcycle Clubs aux states, ça m’intrigue, alors j’irai bien y faire un tour un jour [lol]). Trève de clavardage et de e-blabla inutiles, on n’est pas là pour faire du ramdam (merci Joyandet, connard.), et passons à la musique.

Alors on commence avec des trucs bien mainstream, parce qu’on est pas toujours forcément des gens trop hypes ici. Premier du lot, Trentemøller remixé par Boratto. Il y a toujours eu une théorie comme quoi, un mec trop bien remixé par un autre mec trop bien, ça donne un résultat décevant. Eh bien là non, nouvelle exception à la règle, ce remix de Sycamore Feeling est vraiment bon, très bon. Ca « pue » le Boratto a plein nez, et c’est pas plus mal, gros beat épuré et percussif à souhait, et des vocaux coupés au scalpel et bien recollés comme on le voulait.. C’est tiré du prochain EP du danois, qui annonce la sortie de son album qui suivra dans la foulée, Into The Great Wide Yonder, album décrit comme plutôt « acoustique » et « organique », tout ça couplé à son style électronique bien à lui, ca ne peut que donner du bon… Ca sort le 7 juin sur son propre label, In My Room. Pour en revenir vite fait au morceau, ca part « vénèr » avec des phases hachées menues par le vocal, puis s’en suit une partie complètement aérienne, qui est pour ainsi dire fabuleuse, puis on termine avec le même schéma que le début du morceau. Bien ficelé, bien calculé, bien mené, bref, gros coup de cœur de ces derniers jours…

Trentemøller – Sycamore Feeling (Gui Boratto Remix)

Deuxième truc bieeeen mainstream (enfin on se comprend), parce qu’il faut faire du clic un peu n’est-ce pas. Un remix par Modeselektor de Headhunter, c’est très, très spécial. Un dubstep bien dark à limite de l’arythmie comme ils savent le faire. Je l’avais entendue pour la première fois il y a presque un an quand j’suis allé voir Moderat au Bataclan, la salle était devenue complètement folle, c’était le final, et c’était violent. J’ai cherché ce morceau pendant de looooongs mois, jusqu’à avant-hier. Imagine la joie. Je ne sais pas de quand date ce morceau, et si il est sorti y’a longtemps et que j’suis complètement has-been, eh ben j’m'en fous vois tu. Et par contre, pardon, ça à l’air d’être tiré d’un set, du coup y’a un autre morceau qui vient polluer un peu vers la fin, mais j’ai pas mieux.

Headhunter – Prototype (Modeselektor’s Broken Handbrake Remix)

On passe vers un truc bien moins connu, l’italien Naph, avec un morceau sorti sur Grey Area Recordings, label qui compte à son actif TROIS sorties (lol), mais pas des moindres non plus, une de Simone Tavazzi et une d’Alessio Mereu. Rien de neuf depuis 2009 sur ce label… J’aimerai bien avoir des suites à ces sorties parce que bon, c’est quand même bien c’qu’ils nous ont fait là. Le morceau donc. C.Lose. Eh bah il est assez spé. Si tu écoutes la musique sur les speakers de ton laptop, passe ton chemin, tu vas avoir l’impression que ce track se compose d’un beat, point. Par contre si tu sors ton beau casque stéréo, ou que tu fais péter le soundsystem, eh ben tu découvres toute suite cette bassline super grave, et aussi super bien. C’est hyper entrainant et hypnotique. J’aimeuh.

Naph – C.Lose

Le morceau qui va suivre, je l’avais déjà posté sur mon mien de blog, , en octobre quand j’me faisais chier à mon arrivée en UK. J’avais fait une description un peu pérave a l’époque, mais là j’ai très très vaguement envie d’en refaire une, donc si ça intéresse quelqu’un, qu’il aille la lire sur mon blog. Sinon je ne peux que vous dire que c’est trop bien.

As Brain – Gx Time

Et puis pour finir la partie électronique, deux grosse tartes que j’me suis mangé il y a quelque jours. Je ne connaissais point le label Form, monté par l’ami Popof, jusqu’à ce que ce très cher Walkman m’en évoque le nom. Donc hop hop, je chope les deux dernières releases en date pour me faire une idée. Et là salut la terre, grosse claque de l’espace. Un premier morceau de H2, Come Together (rien a voir avec les Beatles, tu l’aura deviné). A vrai dire je ne sais même pas comment le décrire, c’est juste puissant et sur-efficace… Et un deuxième morceau, de James Harcourt remixé par Popof, même topo que ci dessus : grosse grosse dose.

H2 – Come Together

James Harcourt – Unpleasant Surprise (Popof Remix)

Et puis c’est l’heure du bonus les lapins, TROP original aujourd’hui, puisqu’il s’agit d’une piste du dernier album de Foals qu’on a tous gentiment acheté (comment ça « c’est pas possible, il est pas sorti » ? bref). Une des meilleures de l’album à mon goût, elle met pas mal de temps à partir, mais arrivé à la moitié, c’est du pur bonheur (non pas que la première moitié n’en soit pas, soyons clair). Enfin voila, After Glow qu’elle s’appelle, je vous laisse apprécier.

Foals – After Glow

Grems is my idol, definitely

Puis même nouvelle devise que sur Unflinching Eyes, la punchline B2O en conclusion :

« Tu voudrais nous chier d’ssus, dev’nir officiel ? Tes grosses merdes se coupent en deux, essaie sans ton string ficelle. »

Leave a Reply