Akhi

Après une petite semaine de vacances enragée et éprouvante, me voilà de nouveau devant ma copie pour mon devoir de blogger hebdomadaire, on me « force » désormais à me limiter à 5 ou 6 morceaux pour chacun de mes billets, j’ai plus vraiment la foi de raconter ma vie du coup, mais quitte à me ranger et m’en tenir aux exigences du dictateur serbe de ce blog pour de bon, j’ai voulu tenter l’introduction kikoo hype contemporaine pour résumer cette semaine forte en émotion, qu’on pourrait très bien accompagner d’une série de clichés signée Cobra Snake, et où le but serait de juxtaposer des affirmations pour en faire une sorte d’énumération qui montre à quel point ta vie est trop cool. Mais non, en fait j’ai pas le talent pour. On résumera donc, pour dire que : Paul Ritch est un dieu, Okain le suit de près, Thomas Muller a brillamment complété une soirée folle, Danton Eeprom est accablant, la boule à facette de Bodycode est vraiment trop cool, voilà. Sinon, le reste fut un peu une sorte de melting pot chelou avec des blagues pas drôles incongrues, une privation de musique insoutenable, des partisans du fascisme à l’humour un peu douteux, du Sexion d’Assaut, Gucci Vump et du métal belliciste, oui oui sur facebook et confession of a machin truc iteure au réveil pour rappeler que Danton reste quand même un mec cool (enfin, j’me comprends). Trop de trains, j’en peux plus, je vais m’arrêter là et parler musique, pour le bien de tous. Burkina Burkina, sisi.

Jennifer Cardini fait partie de ces artistes à l’étiquette underground qui parvient à me fasciner mais dont je connais relativement peu la discographie. C’est surement du à sa réputation et son côté « égérie de la musique techno lesbienne » (n’y voyez aucune forme de mépris), j‘en sais trop rien. Tout ça pour dire que j’ai ENFIN décidé de sortir ma CB, raquer pour récupérer une partie de son œuvre sur Beatport et me noyer seul dans un océan de musique de camés dans ma chambre à 5h du matin en prenant des trucs peu recommandables, blaabla. J’ai donc enfin pu découvrir un peu plus sérieusement le fruit de ses collaborations avec Shonky, et je suis vraiment pas déçu. Pour vous convaincre, ce remix réalisé pour Anja Schneider et Sebo K, sortit y’a quatre longues années, un bijou de techno psychédélique aux nappes frénétiques et au groove imparable, brrrr ça me fait froid dans le dos tellement c’est trop bien. EH OUAIS.

Anja Schneider & Sebo K- Rancho Relaxo (Jennifer Cardini & Shonky Remix)

On enchaine avec un remix de Chloé, sortit l’année dernière sur un maxi digital de Poni Hoax, et qui s’attaque au très bon Images Of Sigrid, titre éponyme du dernier album. Je saurais pas très bien vous décrire le morceau, c’est un peu un truc indie pop dance teintée de rythmes techno et nu disco, c’est long et désordonné, ça dure presque dix minutes, tout le monde n’aimera surement pas, mais le côté techno rétro me plait vraiment bien, et je commence à le savourer de plus en plus au fil des écoutes qui s’enchainent et s’éternisent. Parfait.

Poni Hoax – Images Of Sigrid (Chloe Remix)

I:Cube vient de sortir dernièrement un nouveau maxi sur Versatile ; pour être tout à fait honnête, j’ai découvert ça dans le dernier chart Resident Advisor de Clement Meyer, et je suis pratiquement certain de l’avoir déjà entendu dans l’un des derniers podcasts qu’il a sortit, mais le nom du truc m’échappe complètement. Bref, cela n’empêche pas que le morceau en lui-même est complètement fou, pointu mais dancefloor, avec des vrilles de partout étou étou, et même si le reste de l’EP est un peu plus deep, tech house, tout ça, ça vaut son pesant d’or, et ça mérite bien quelques euros lâchés sur Beatport, toujours. Et voici ce que ça donne.

I:Cube – Operation Hypnosis

Un autre truc sur lequel je suis tombé un peu par hasard en laissant iTunes tourner pendant mes longues nuits nerd ; une collaboration entre Luciano et Mirko Loko, sortie je sais pas quand je sais pas où, mais un morceau qui se veut être au final plutôt très convaincant, a base d’une tech house voluptueuse et chaleureuse, avec des samples (en français) de gens à l’accent fortement prononcé, et des bloubloublou pour faire la transition entre les deux ; hum bref, c’est pas vraiment ce qu’il y a de plus simple à décrire, écoutez donc.

Mirko Loko & Luciano – Mousa Big Band

Deux lignes là-dessus, je pense que vous en avez déjà entendu parler, Louderbach et son album Autumn (il me semble que walk l’a mentionné ici déjà, bref, je ressors quelques vieux trucs, c’est facile je sais, mais celle là me hante depuis mardi soir).

Louderbach – So This Is Control

On finit vite et bien sur une touche d’acid, mais je sais pas si ça en est vraiment, dans la mesure où je sais pas exactement quel sens donner au mot acid, pour moi ça pourrait autant appartenir à de la « techno », mais je crois que je me trompe, vu que le track naming semble annoncer le contraire. Ahh, je m’embrouille ; je cherchais un remix de Clouded Vision à la base, si mes souvenirs sont bons, mais c’est finalement le rework de Thomas Von Party & Brad Lamborghihis (à vos souhaits) qui a réussi à attirer mon attention. Voilà, la flemme de chercher plus loin, acid oopa, le morceau niksamair.

Moby – I Love To Move In Here (Thomas Von Party And Brad Lamborghihis Spaced Acid Remix)

Voici donc.
Sur ce, je vais dormir. Longtemps.

2 Comments
  1. Francis says:

    les serbes ont toujours raison

  2. Hannast says:

    Je pleure à chaque fois que je passe sur ce blog, mais putain keep going !!

Leave a Reply