Jusqu’ici tout va bien

lacrise

En ce moment, malgré les apparences, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est cool. D’abord il fait beau, le soleil est imposant et aussi le ciel qu’est tout bleu. Bon, on est d’accord, il fait toujours moins quinze degrés dehors, mais avec le beau temps c’est pas déplaisant. Bref, sinon y’a aussi ces podcasts qui commencent à prendre forme un peu plus à chaque épisode, le rythme s’est plutôt naturellement imposé, et je croise les doigts pour qu’on continue sur cette même cadence dans les mois à venir, qui s’annoncent par ailleurs plutôt prometteurs. Aussi, j’ai appris à mixer sur Ableton (enfin je crois lolz), alors j’ai pensé pouvoir réveiller le peu d’amour propre qui sommeillait en moi en me disant que j’avais ce fameux talent caché, mais non, trop pas, en fait ableton c’est super bien, je l’admets, ça permet de faire pleins de trucs trop cools, mais il est évident que Live se veut être au final un bon log de MAO pour des infirmes assistés de la vie (un peu comme moi) (après c’est aussi une question de mentalité, mais je vous épargne le débat sans fin). Voilà, en gros. Sinon le week end s’annonce vraiment très cool, Okain, Paul Ritch et Thomas Muller suivits de Bodycode, Eeprom et le crew Get The Curse, pis Smagghe & Chloé pour les plus chanceux, le tout sur trois soirs consécutifs, de quoi headbanger parmis les darons du Rex une bonne partie de notre temps. Sans transition musique, les moment réjouissants de ma vie tiennent quand même en 15 lignes peu ou prou. Cool, je vous avais dit.

Plus sérieusement, pour commencer les choses sur une bonne note, un magnifique morceau de Ned Shepard & Sultan en featuring avec Benny Blanco, que je me trimballe dans l’ipod tous les matins pour aller en cours. C’est beau, ça commence sur une boucle presque répétitive de tech house dansante et rythmée, pour s’estomper avec des nappes plus envoûtantes, un truc qui ressemblerait à un synthé, et finir sur cet énorme solo de saxo sur les coups des 4min45. Rien d’autre à ajouter, c’est juste parfait.

Sultan & Ned Shepard – Block Party (feat Benny Blanco)

Malgré la vague impression qu’il n’est plus vraiment sur le devant de la scène, étonnant après le succès unanime de son dernier album, Gui Boratto continue tout de même à produire, et c’est d’autant mieux du fait qu’il arrive encore à se renouveler avec le temps. Après le maxi intitulé Azzura, que je vous avais présenté la dernière fois, il a entre temps réussi à sortir un nouvel EP de remixes de I Feel Love, brillamment retravaillé par Robert Babicz, et ce tout nouveau rework pour la dernière release de M.A.N.D.Y. & Booka Shade. Assez parlé, c’est épique.

M.A.N.D.Y. vs Booka Shade – Donut (Gui Boratto Remix)

On continue sur les trucs osés mais un peu kitsch, avec Alex Smoke, un de ces génies de la musique techno que la techno a oublié, un des seuls artistes écossais de la scène minimale que je connaisse (ma culture a des défauts?), génie de par sa capacité a créer une musique techno minimale mélancolique qui parvient à casser les barrières de l’émotion et de la sensibilité . Pour le peu que j’en ai écouté, les productions d’Alex Smoke ont cette particularité de transmettre une electro sale et crasseuse, remplie de mélodies noires éplorées et parfois de quelques chants sombres dans des langues qu’on comprend pas trop. Et il ose, comme sur son dernier maxi Lux+ EP, et cette version « Concert Hall » du morceau, oui, un truc qui ressemble à de la musique classique. J’adore.

Alex Smoke – Lux+ (Concert Hall Mix)

Dans les nouveautés, y’a aussi la dernière compile de Soma, label que je connais peu mais le tracklisting a suffit pour me convaincre. Slam, Mihalis Safras, Let’s Go Outside, Gary Beck ET ce remix de Ripperton, qui s’attaque au Dust Ballad II de Silicone Soul. C’est vachement deep and house, mais globalement la compilation m’a vraiment bien plu. Je tenais à le dire. Ripperton donc, qui fait des trucs sympas, et qui a sorti dernièrement son premier album. Et oui. Et là encore, le résultat est saisissant ; c’est plus mélodique, carrément naïf, avec les voix d’enfants qui chantent en chœurs le refrain en fond sonore, la nature c’est bien & la vie en slowmotion, bloubloublouuuuu.

Silicone Soul – Dust Ballad II (Ripperton Remix)
Ripperton – The Sandbox

Je voulais à mon tour exprimer tout l’amour que j’ai pour Claude Vonstroke et son label Mothership. C’est dingue, jamais je n’avais écouté un catalogue aussi bien foutu, une ligne artistique à la fois décalée et assumée, un sans faute presque parfait quant à la qualité musicale et une salve d’applaudissements pour le travail graphique des artworks. Juste, dommage que les covers des albums soient plus sobres, m’enfin bon. Et tout comme walk, ça sera du Voodeux pour moi, le morceau atypique de cet album The Paranormal qu’est Just a Spoonful, et au lieu de blablater trois plombes dessus, je vous invite a regarder la vidéo promotionnelle qui est sortie pour l’album, les images parlent d’elles mêmes, avec cet univers complètement taré glauque psychédélique et délirant à la fois.

Voodeux – Just a Spoonful

Et parce que j’aime toujours autant la techno sombre, violente et hypnotique, hein, je vous laisse aussi ce morceau de Jamie Jones, qui s’avère être une véritable œuvre d’art, de par son côté très club, et son aspect plus incisif, brutal et percutant. Ça sonne légèrement flippant au premier abord, le vocal est saisissant, la « mélodie » est efficace. Parfait.

Jamie Jones – 911

Ensuite, un truc que je suis allé dénicher sur une compilation Sonar Kollektiv datant d’un peu moins d’un an. Un featuring, et pas des moindres, puisqu’il regroupe les renommés Henrik Schwarz, Âme et Dixon. C’est bien produit, chacun y a mis du sien et au final le rendu est complément barré, mais on aime.

Henrik Schwarz & Âme & Dixon – Where We At (feat. Derrick L. Carter)

ET pour finir, le moment de gloire du très mystérieux Frelon. Personne le connait mais pour sa défense il est juif. Et il fait des trucs bien cool par moments. L’histoire, en très gros, c’est qu’on a fait connaissance plus ou moins avec des mecs qui font une sorte d’electropop ambient et qui se présentent comme étant les Captain AdHoc & The Sporadic Sinners (vous pouvez écouter et télécharger gratuitement leur album ici), et donc, le fameux Frelon a remixé un des morceaux. On road to Jonestown.

Captain AdHoc & The Sporadic Sinners – What I Missed Of Your Life (Frelon’s On Road To Jonestown Remix)

Yesboul.

3 Comments
  1. NicX says:

    Concernant Boratto, check aussi son remix de Massive Attack !! Merci pour les autres tracks :)

  2. Thomas says:

    Même ma mère elle a kiffé le remix de Boratto, c’est pour dire… <3

  3. musicismydrugs says:

    Man these tracks are killing! It’s like trippin! Maybe i would’ve know that if i used the google translate. What a post

Leave a Reply